Pourquoi nos voitures ne marchent plus

©2006 20 minutes

— 

Le marché automobile français a été marqué par une quasi-stabilité pour les immatriculations de voitures neuves en février, les marques étrangères se comportant encore une fois beaucoup mieux que les marques françaises, et Peugeot tirant son épingle du jeu.
Le marché automobile français a été marqué par une quasi-stabilité pour les immatriculations de voitures neuves en février, les marques étrangères se comportant encore une fois beaucoup mieux que les marques françaises, et Peugeot tirant son épingle du jeu. — Philippe Huguen AFP/Archives

Carlos Ghosn, PDG de Renault, avait prévenu en février dernier : l'année 2006 allait être difficile pour le Losange. Les chiffres lui ont donné raison, la semaine dernière, avec des ventes en chute de 4 % en 2006, à 2,43 millions de voitures vendues. Ceux annoncés lundi par Peugeot-Citroën sont à peine meilleurs : - 0,37 %, à 3,36 millions. Explications.

Des gammes vieillissantes En 2006, Renault n'a lancé aucun nouveau modèle, la Twingo 2 ayant été reportée d'un an faute de tests clients concluants. Seule la Clio tire la marque. Quant à la Laguna III, prévue à l'automne 2007, elle n'a pas droit à l'erreur, devant faire oublier le lancement calamiteux de la Laguna II en 2001. Côté PSA, la Peugeot 207 commence à porter ses fruits et la Citroën C4 Picasso 7 places est sortie trop récemment pour infléchir la tendance. En 2007, le Lion misera sur les 207 CC et break, les Chevrons sur le C4 Picasso 5 places. Sauf que les produits vieillissent vite. « L'effet nouveauté joue beaucoup. Les constructeurs renouvellent un modèle tous les sept ans en Europe et nous nous orientons vers les six ans alors que les Américains sont à cinq ans et les Japonais à quatre », remarque Gaëtan Toulemonde, analyste à la Deutsche Bank.

Une offre inadaptée Inventeur du monospace sous toutes ses formes, Renault a raté le coche du 4 x 4. Son modèle Koleos ne sera en concessions qu'en 2008. Bien après le duo Peugeot 4007 et le Citroën C-Crosser lancé cet été. Et ce alors que les ventes de 4 x 4 s'essouflent. « Aux Français d'être inventifs et d'avoir une longueur d'avance, comme Peugeot avec la 206 CC, type de véhicule que tout le monde a aujourd'hui », note Gaëtan Toulemonde.

Un haut de gamme en berne Là où Audi, BMW et Mercedes sont rois, les Français (ainsi que Ford, Fiat et Opel) souffrent. La Peugeot 607 n'est plus en tête du haut de gamme en France, la C6 connaît un timide début de carrière et la Vel Satis restera un échec. Renault ne baisse pourtant pas les bras et veut « doubler le nombre de véhicules vendus à un prix supérieur à 27 000 e » d'ici à 2010.

Christophe Joly