Wall Street se maintient proche de l'équilibre, flirtant avec un nouveau record

© 2014 AFP

— 

Le taureau de Wall Street, symbole de la Bourse de New York
Le taureau de Wall Street, symbole de la Bourse de New York — Spencer Platt Getty

Wall Street a fini sans direction mercredi, parvenant à se maintenir proche de l'équilibre au lendemain d'un nouveau record de l'indice S&P 500, malgré des nouvelles économiques sans éclat: le Dow Jones a lâché 0,22% mais le Nasdaq a grignoté 0,14%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a cédé 35,70 points, à 16.360,18 points, tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, a grappillé 6,00 points, à 4.357,97 points.

Le S&P 500 a fini quasi stable (-0,10 point) à 1.873,81 points, en très légère baisse par rapport à mardi lorsqu'il avait atteint un sommet historique.

Mercredi, la place new-yorkaise est parvenue à «consolider ses gains» de la veille en dépit d'un paysage économique toujours sans éclat et d'inquiétudes liées à la crise ukrainienne, a observé Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Wall Street a accueilli sans enthousiasme, mais également sans affolement, une nouvelle salve d'indicateurs économiques décevants aux Etats-Unis, que de nombreux observateurs continuaient à attribuer à un hiver très rigoureux dans le pays depuis le début de l'année.

«Chaque jour, les statistiques sont faibles mais le marché hausse les épaules», a noté de son côté Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

A deux jours de la publication très attendue du rapport sur l'emploi et le chômage aux Etats-Unis en février, les chiffres de l'emploi privé publiés par la société de services informatiques ADP ont envoyé un signal peu encourageant. Les créations d'emplois dans le secteur privé ont en effet enregistré une progression bien moins nette que prévu ce mois-là en raison des conditions hivernales.

D'autre part, l'activité dans les services a accusé un recul plus important qu'attendu en février, selon l'association professionnelle ISM.

Les investisseurs n'ont par ailleurs pas réagi en deuxième partie de séance à la parution du Livre Beige de la Réserve fédérale américaine (Fed), un rapport de conjoncture sur l'économie américaine au cours des premières semaines de l'année, jugé sans surprise par les analystes.

«La météo a encore une fois été citée comme le grand obstacle» auquel s'est heurtée l'économie américaine, ont noté les experts de Briefing.com, notant que ce mot avait été mentionné en tout 119 fois dans le rapport.

La situation toujours tendue en Ukraine est restée au centre des préoccupations, les opérateurs surveillant l'avancée des discussions entre les chefs de la diplomatie américain, John Kerry, et russe, Sergueï Lavrov, à Paris.

- Smith & Wesson s'envole -

Sur le front des valeurs, le portail informatique Yahoo! a reculé de 0,33% à 39,50 dollars après avoir annoncé qu'il ne laisserait plus à l'avenir les utilisateurs de ses sites s'y connecter en utilisant leurs identifiants pour des services concurrents comme Facebook (+4,03% à 71,57 dollars) ou Google (+0,28% à 1.218,26 dollars).

Dans l'automobile, le constructeur Ford, qui a dit vouloir donner un coup de fouet à ses activités de recherche et développement (R&D) en Chine, où il veut rattraper son retard face à ses rivaux General Motors (+1,60% à 37,52 dollars) et Volkswagen, s'est apprécié de 1,69% à 15,63 dollars.

Applaudi pour ses résultats et des prévisions pour 2014 jugées encourageantes, le fabricant d'armes Smith & Wesson s'est envolé de 16,44% à 13,74 dollars.

Le géant de l'informatique Apple a gagné 0,21% à 532,36 dollars alors qu'une note d'analyste de Jefferies faisait état d'une sortie de l'iPhone 6 à la fin de l'été, contrairement aux espoirs de certains analystes qui tablaient sur une sortie plus précoce.

Le groupe de médias Time Warner s'est apprécié de 2,24% à 68,48 dollars après l'annonce du rachat par l'application Flipboard, qui permet de compiler des informations de divers sites, de son concurrent Zite, à sa filiale, la chaîne d'information télévisée CNN.

La chaîne de distribution Target, victime d'une attaque informatique sans précédent en décembre, a reculé de 1,19% à 60,60 dollars après l'annonce de la démission de sa responsable informatique.

Le marché obligataire a légèrement reculé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a avancé à 2,698% contre 2,691% mardi soir et celui à 30 ans à 3,644% contre 3,638% à la précédente clôture.

Site de la Bourse du New York Site du Nasdaq