De fraudeur à professeur, le fabuleux destin de «Fabulous Fab»

ETATS-UNIS Fabrice Tourré, l'ex-trader de Goldman Sachs reconnu coupable de fraude boursière en août 2013, vient d’être nommé professeur assistant dans la prestigieuse université de Chicago...

C.P.

— 

Fabrice Tourre, l'ex-courtier de Goldman Sachs, à son entrée dans le tribunal de Manhattan, aux Etats-Unis, le 1er août 2013.
Fabrice Tourre, l'ex-courtier de Goldman Sachs, à son entrée dans le tribunal de Manhattan, aux Etats-Unis, le 1er août 2013. — Richard Drew/AP/SIPA

Un modèle pour les aspirants banquiers, vraiment? La nomination de Fabrice Tourré (alias «Fabulous Fab», le surnom avec lequel il signait ses e-mails chez Goldman Sachs) comme enseignant pose question aux Etats-unis.

Plus d’un million de dollars d’amende

Le jeune homme de 34 ans, qui avait intégré la célèbre université de Chicago comme doctorant au terme de son procès, donnera au second semestre plusieurs cours portant sur «les éléments d'analyse économique», selon les informations diffusées ces derniers jours dans la presse américaine, rapporte France24.

Une occasion en or pour ses étudiants de se familiariser avec toutes les subtilités (légales ou non) de la finance? Avec Fabrice Tourré, les élèves de l’université de Chicago bénéficieront de l’expertise du «seul banquier de Wall Street à avoir été déclaré coupable de la crise financière» de 2008, selon les termes utilisés à l’époque par le New Yorker.

«Fabulous Fab» n’est pas en effet un petit fraudeur pris la main dans le sac parmi tant d’autres. Il était accusé par le régulateur boursier américain, la SEC, d’avoir œuvré chez Goldman Sachs à créer et à vendre à ses clients des produits financiers complexes adossés à des crédits immobiliers risqués (subprimes) alors même qu’il connaissait les risques d’effondrement imminent du marché. En août dernier, il a été reconnu coupable de six chefs d’accusation pour fraude boursière sur 7, et condamné à une amende de plus d’un million de dollars qu’il espère réduire à 65.000 dollars en appel.

Un brillant avenir universitaire

Et alors, où est le problème? Ces professeurs et camarades de classe font mine de ne pas voir d’incompatibilité entrece casier judiciaire et son poste actuel à Chicago: «C’est un de mes meilleurs étudiants» à confié au New York Times une de ses professeurs. «Des gens comme Fabrice, qui viennent de la banque d’investissement sont très utiles dans le cursus», a expliqué un de ses condisciples au Wall Street Journal.

«Est-ce qu’une seule business school aura envie d’embaucher Tourré qui est devenu le visage de l’avidité de Wall Street?» s’interrogeait toutefois Michael A. Santoro, un professeur d’éthique dans le New Yorker magazine. Apparemment oui.