Fort recul de la consommation des ménages français en janvier

ECONOMIE Une baisse imputable au recul des achats en automobiles et à une baisse de la consommation en énergie, selon l'Insee...

avec AFP

— 

Illustration: Un supermarché.
Illustration: Un supermarché. — A. GELEBART / 20 Minutes

La consommation des ménages français a reculé de 2,1% en janvier, après avoir augmenté de 0,2% en décembre (chiffre révisé), a annoncé l'Insee ce vendredi.

Selon l'Institut national de la statistique et des études économiques, cette baisse en volume est «principalement imputable au recul des achats d’automobiles et à une nouvelle baisse de la consommation d’énergie».

Forte baisse de la consommation en énergie

Ce repli intervient après un rebond bienvenu au quatrième trimestre 2013 (+0,5%), une hausse qui n'avait pas été observée depuis le premier trimestre 2011. Cette performance avait permis, entre autres, à la France d'enregistrer une croissance du produit intérieur brut de 0,3% en 2013.

Le chiffre de décembre a été révisé à la hausse, de -0,1% à +0,2%, grâce à l'intégration de «nouvelles informations connues depuis lors notamment concernant l’équipement du logement, ainsi qu’à l’actualisation des coefficients de correction des variations saisonnières», a précisé l'Insee.

Dans le détail en janvier, la consommation des ménages en énergie baisse fortement (-6,3% après -1,3%) en raison de températures au dessus des normales de saison.

Recul des dépenses en tabac

Les dépenses en biens durables reculent de 4,3% en janvier après avoir rebondi en décembre (+2,8), en raison d'un fort repli des dépenses en automobiles (-7,7%). Cela s'explique par des achats anticipés en décembre avant le renforcement au 1er janvier du malus sur les voitures les plus polluantes.

Par ailleurs, les achats en équipement du logement baissent légèrement (-1,1 %), après un mois de décembre dynamique (+3,6%). La consommation en produits alimentaires est également en baisse en janvier (-0,5%) avec notamment un recul des dépenses en tabac, lié à la hausse des prix qui a pris effet en janvier.

A la faveur des soldes de janvier, la consommation en textile et cuir retrouve un niveau proche de celui atteint en novembre (+1,9% après -1,8%). A noter également, un rebond des dépenses en quincaillerie-bricolage.