La Bourse de Paris gagne du terrain et revient à 4.400 points

© 2014 AFP

— 

La Bourse de Paris a terminé en légère hausse vendredi (+0,27%), aidée en fin de séance par le marché américain et concluant positivement un très bon mois de février.
La Bourse de Paris a terminé en légère hausse vendredi (+0,27%), aidée en fin de séance par le marché américain et concluant positivement un très bon mois de février. — Eric Piermont AFP

La Bourse de Paris a terminé en légère hausse vendredi (+0,27%), aidée en fin de séance par le marché américain et concluant positivement un très bon mois de février.

L'indice CAC 40 a pris 11,69 points à 4.408,08 points, dans un volume d'échanges nourri de 3,5 milliards d'euros. La veille, il avait fini presque stable (-0,01%).

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 1,08% et Londres a terminé à l'équilibre. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 0,46%.

Le marché parisien a évolué en baisse une grande partie de la séance, avant de retrouver des forces dans l'après-midi grâce aux Etats-Unis.

Au total, il a pris 5,8% en février.

«C'est un scénario un peu identique à celui d'hier. Le marché baisse dans la matinée, puis dans l'après-midi les Etats-Unis l'aide à repartir à l'assaut de ces récents sommets», résume Olivier Noël, gérant chez Turgot Asset Management.

Le CAC 40 restait sur trois séances de baisse d'affilée, soumis à des prises de bénéfices après avoir atteint lundi un plus haut depuis septembre 2008. Il a d'ailleurs terminé tout près de ce sommet vendredi.

Pour les gérants chez Barclays Bourse, «à l’image des variations sur l’indice CAC 40 depuis trois jours, la (légère) consolidation ne se transforme absolument pas en correction et le courant acheteur revient régulièrement en fin de journée».

La hausse du marché a été alimentée par des indicateurs américains, qui «sont globalement conformes aux attentes mais pour lesquels on pouvait craindre un impact météorologique plus fort», selon M. Noël.

Les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis se sont stabilisées en janvier et l'activité économique de la région de Chicago a légèrement augmenté en février.

De son côté, la croissance de l'économie des Etats-Unis a été nettement révisée en baisse au quatrième trimestre 2013, du fait d'une consommation moins soutenue que prévu.

Dans la matinée, le marché a brièvement creusé ses pertes après un chiffre de l'inflation qui est resté stable à 0,8% en février dans la zone euro.

«Le marché se dit peut-être que les risques de déflation s'éloignent, ce qui peut signifier que la probabilité d'une action de la BCE est moins importante», souligne M. Noël.

La réunion de la Banque centrale européenne (BCE), qui se tient jeudi, est l'un des principaux rendez-vous de la semaine prochaine sur les marchés.

«Le risque de consolidation n'est pas nul sur le marché. La BCE est le facteur qui pourrait permettre aux indices d'aller plus haut», rappelle le gérant.

- Envolée de Soitec -

Parmi les valeurs, Soitec s'est envolé (+35,93% à 2,27 euros) grâce au relèvement de sa recommandation par le courtier Exane BNP Paribas.

Total (+1,49% à 47,03 euros) a également profité d'une note favorable par UBS. Ipsos (-2,49% à 30,91 euros) a en revanche été pénalisé par HSBC.

Airbus a reculé de 0,73% à 53,39 euros, malgré l'annonce d'une commande de 70 A320NEO par la compagnie chinoise China Eastern Airlines, pour un prix catalogue de 6,4 milliards de dollars.

Groupe Steria a chuté (-5,12% à 15,19 euros), plombé par des résultats en chute de 75% l'an passé, à cause de la suspension de l'écotaxe.

Technicolor a progressé (+1,52% à 4,88 euros), soutenu par l'annonce d'un nouvel accord croisé de licences avec Sony.

Technip a engrangé 0,10% à 71,19 euros, après avoir remporté un contrat d'ingénierie et de construction auprès dans le sultanat de Brunei.

Société Générale (+0,36% à 48,38euros) a prévenu que l'accord conclu avec le régulateur américain, qui doit voir la banque verser 122 millions de dollars pour son rôle dans la crise des subprimes, n'aurait «pas d'impact matériel» sur ses résultats.

Ipsen a perdu 0,18% à 31,14 euros. Le groupe est pourtant repassé dans le vert en 2013.

EDF a pris 1,87% à 28,82 euros, alors que le prix auquel il doit revendre à ses concurrents jusqu'au quart de son électricité nucléaire pourrait augmenter de 5 à 8% d'ici à 2018.

Lafuma a perdu 1,51% à 15,00 euros, malgré une réduction de ses pertes, à 7,1 millions d'euros pour son exercice 2013, ramené à trois mois à la suite de la reprise du groupe par le suisse Calida.

Kindy (chaussettes, chaussures pour enfants) a gagné 1,37% à 3,70 euros, malgré une perte de 780.000 euros au premier semestre 2013/2014.

Enfin, Transgene a perdu 3,10% à 13,11 euros, après l'annonce d'une augmentation de capital de 45,5 millions d'euros.

Euronext (CAC 40)