Un bug de sécurité fait plonger le cours du Bitcoin

P.B.

— 

Le cours bitcoin-dollar sur la plateforme d'échange Mt Gox, de décembre 2013 à février 2014.
Le cours bitcoin-dollar sur la plateforme d'échange Mt Gox, de décembre 2013 à février 2014. — TRADINGVIEWS.COM

Les montagnes russes continuent pour le Bitcoin. Depuis ce week-end, certains retraits et transferts externes sont bloqués sur le Mt Gox, le marché des changes le plus populaire pour cette jeune monnaie électronique. Lundi, elle décrochait de 25%, de 750 à 500 dollars, après des plus hauts à 1.200 dollars en décembre.

>> Le Bitcoin est-il une devise d'avenir? L'analyse à lire ici

Un communiqué officiel du Mt Gox affirme que le bug permet «d'altérer une transaction externe pour faire croire qu'elle n'a pas eu lieu». Le site dit «travailler avec des développeurs Bitcoin pour corriger le problème» avant d'autoriser à nouveau tous les transferts.

Dans une interview à CryptoCoinNews, le développeur Greg Maxwell confirme qu'un bug existe, mais qu'il est connu «depuis 2011». Selon lui, il est possible de le contourner pour sécuriser les échanges, et il accuse à demi-mot Mt Gox d'incompétence. La Bitcoin Foundation estime encore que le problème vient de l'implémentation par le site de certains protocoles, et que «ce n'est pas de la faute du Bitcoin».

Yo-yo

Pour le Bitcoin, de tels écarts sont monnaie courante. Après deux ans de succès underground, le cours s'est envolé de 100 à 1.200 dollars entre octobre et décembre 2013, alors que le grand public et les médias s'y intéressaient et que la FED se montrait plutôt optimiste sur l'avenir des monnaies électroniques comme complément des devises traditionnelles.

Après les plus hauts, il a fallu moins d'une semaine pour que le cours s’effondre de 50%, sur fond d'incertitudes venues de Chine. Depuis, le Bitcoin a fait le yo-yo entre 1.000 et 700 dollars, et plusieurs marchés mineurs ont fermé leurs portes, obligeant leurs clients à un retrait forcé pas forcément avantageux. Mais selon le Financial Times, malgré ces risques, «la spéculation va continuer».