Le séminaire du PS débute les travaux sur le Pacte de responsabilité

POLITIQUE L'aile gauche du PS et les Verts s'inquiètent de la réduction des dépenses publiques...

avec AFP

— 

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 31 janvier 2014 à Saint-Herblain, près de Nantes.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 31 janvier 2014 à Saint-Herblain, près de Nantes. — Sebastien Salom-Gomis/SIPA

Le séminaire du PS sur le Pacte de responsabilité aux entreprises a ouvert ses travaux lundi après-midi à Paris, une réforme phare que l'exécutif entend conduire rapidement et qui rencontre l'opposition ou de vives réticences au sein de l'aile gauche du parti, mais aussi chez les alliés Verts. La rencontre, qui doit s'achever à 19h30, réunit pour un format inédit le bureau national du PS, l'instance dirigeante du parti, ouvert aux parlementaires socialistes. Les travaux, à la Maison de la Chimie, à Paris, auront lieu à huis clos.

L'exécutif compte réduire de 50 milliards les dépenses publiques

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le ministre du Travail, Michel Sapin, représentent le gouvernement, qui entend aller vite sur cette réforme, exposée le 14 janvier par François Hollande lors de sa conférence de presse. Elle prévoit une baisse des charges pour les entreprises, de l'ordre de 30 milliards d'euros, en échange d'embauches et d'un dialogue social accru au sein des entreprises. Parallèlement à cette réforme, l'exécutif compte réduire de 50 mds «au moins» d'ici 2017 les dépenses publiques.

Des propositions «déséquilibrées»

Autant de points qui inquiètent fort l'aile gauche du PS. Dans un texte adressé aux membres du séminaire, plusieurs personnalités de cette sensibilité se sont inquiétées du Pacte et de ses propositions «déséquilibrées». Elles ont mis en garde notamment contre les «risques majeurs» que représenterait une réduction des dépenses publiques, et ont déploré la «focalisation exclusive» sur le «coût du travail» qu'implique le Pacte à leurs yeux.

Réuni en conseil fédéral, le «parlement» d'Europe Ecologie-Les Verts, a exprimé quant à lui samedi sa «ferme opposition» au Pacte, proposant à la place un «Pacte de responsabilité écologique et social». Le PS doit avoir «un temps de travail sur les conditions de réussite» du Pacte, et en particulier sur les contreparties que le patronat accorderait en échange de la baisse des charges prévue pour les entreprises, avait expliqué le Premier secrétaire du PS , Harlem Désir, en expliquant la tenue de ce séminaire. «J'ai voulu que le PS soit acteur avant que les décisions soient prises», a-t-il ajouté.