«Revendre ses cadeaux sur le web, un acte décomplexé»

Propos recueillis par Philippe Berry

— 

Le Père Noël au Groenland a retrouvé le sourire au fond de sa vallée des glaces. Sa caisse, vide il y a un mois, s'est remplie grâce à deux pères de famille danois qui lui ont porté secours pour répondre aux lettres de dizaines de milliers d'enfants du monde entier.
Le Père Noël au Groenland a retrouvé le sourire au fond de sa vallée des glaces. Sa caisse, vide il y a un mois, s'est remplie grâce à deux pères de famille danois qui lui ont porté secours pour répondre aux lettres de dizaines de milliers d'enfants du monde entier. — Dennis Drejer AFP/Scanpix/Archives
La cheminée encore fumante, près d’un internaute sur sept va foncer sur le web pour revendre ses cadeaux de Noël, soit deux fois plus que l’année dernière (1). Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur et PDG de Priceminister, n°3 du e-commerce en France, dessine les premières tendances de ce «Noël 2.0».


De quels cadeaux les internautes se débarrassent-ils le plus cette année?
Le leader incontesté, c’est le lecteur de MP3. Comme le cadeau est tendance, de nombreuses personnes ont en eu deux pour Noël. Derrière, on trouve les beaux livres d’art ou de cuisine, souvent encombrants, les vêtements, les jeux vidéos et des DVD, de séries américaines comme Prison Break notamment. On est assez loin de la cafetière ou du pull tricoté avec amour par une grand-tante.

Généralement, les cadeaux revendus sont-ils encore sous blister?
C’est variable. Au lendemain de Noël, on trouve beaucoup de produits encore neufs, qu’il va être possible de revendre à -20% du prix initial. Typiquement un objet que l’on a déjà, ou un cadeau qui ne plait pas. D’après une étude que nous avons commandée, un tiers des personnes s’avouent déçues par leurs cadeaux.
Dans les jours prochains en revanche, des produits déjà ouverts vont faire leur apparition:  un livre lu, un DVD visionné…

Quel profil ont ces revendeurs?

Il s’agit plutôt d’utilisateurs expérimentés. Mais il y a un vrai «effet Noël», avec un volume de produits mis en vente qui double en ce moment. Chez les acheteurs en revanche, Noël draine beaucoup de nouveaux venus. Ils achètent d’abord, pour se familiariser. Ensuite, certains viendront à la vente.

Une nouvelle tendance émerge-t-elle cette année?
Les internautes ne culpabilisent plus. Ils sont décomplexés. Nous avons interrogé des personnes ayant déjà revendu un cadeau sur l’Internet: seulement 7% ont eu des remords.


(1) Selon deux études menées par eBay et PriceMinister, respectivement en octobre et décembre 2006.