Attention, l'essence va beaucoup augmenter dès 2015

CARBURANT Sous l'effet de l'alourdissement de la fiscalité, les prix à la pompe progresseraient de 8,5 centimes pour le diesel d’ici 2016 et de 7,7 centimes pour l’essence…

Mathieu Bruckmüller

— 

L'Ufip anticipe une hausse des prix à la pompe dès 2015 en raison de mesures fiscales.
L'Ufip anticipe une hausse des prix à la pompe dès 2015 en raison de mesures fiscales. — Jeff Pachoud AFP

Le calme avant la tempête? Si les prix à la pompe sont restés stables en 2013 avec un gazole en moyenne à 1,363 euro le litre et 1,55 euro pour le SP 95 selon le comparateur carbeo.com, ils risquent de fortement rebondir à partir de 2015.

La taxe carbone dans le viseur

«A prix de brut constant, il faut s'attendre à une augmentation très significative des prix à la pompe, essentiellement en raison de mesures fiscales», a prévenu mercredi l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

Résultat, en 2016, l'augmentation pour le gazole, principal carburant vendu à la pompe en France, sera de 8,5 centimes le litre par rapport à 2013, et de 7,7 centimes pour l'essence, soit une progression comprise entre 5 et 6% par rapport aux prix actuels.

Principal responsable de cette hausse selon l'Ufip, outre l'augmentation de la TVA de 19,6 à 20% depuis le 1er janvier: la contribution climat énergie ou taxe carbone qui s'appliquera dès l’an prochain au gazole et à l'essence, mais aussi au gaz, au fioul domestique et à l’électricité. Pour le gouvernement, il s’agit de «décourager la consommation des produits énergétiques responsables du réchauffement climatique».

En 2016, elle rapportera  quatre milliards d’euros par an et permettra de financer en partie les 20 milliards de baisse de charge des entreprises. Le rapporteur général du budget à l’Assemblée, le député socialiste Christian Eckert a reconnu que cette taxe carbone augmentera les prix du litre des carburants d’au moins trois centimes par litre. La conséquence sur un plein de 50 litres serait alors compris entre 1,3 et 1,5 euro.

Le gouvernement reviendra-t-il dessus?

A cela s’ajoute notamment les certificats d'économies d'énergies pour inciter les fournisseurs d'énergie à promouvoir les économies auprès de leurs clients et qui auront aussi «un impact mécanique direct sur les prix», explique l’Ufip à minima de 2,5 centimes par litre.

Contacté par 20 Minutes, François Carlier, délégué général de l'association de consommateurs CLCV, confirme que les consommateurs devront faire face à des hausses de prix des carburants, mais souligne que les chiffres avancés par l’Ufip ne sont «que des prévisions».

Vu l’«extrême sensibilité des Français à la question fiscale», selon l’expression employée dernièrement par le ministre du Budget Bernard Cazeneuve au cours d’une interview pour 20 Minutes, l’Ufip et François Carlier se demandent si l’exécutif ne sera  pas tenté le moment venu de faire au moins en partie marche arrière sur les modalités de perception de la taxe carbone.

Sinon le risque pour le gouvernement est de voir alors les prix à la pompe se rapprocher des pics de l’été 2012 à 1,459 euro le litre du gazole et à plus de 1,6 euro pour le SP 95.

Dans l’urgence et à l’approche de la rentrée scolaire, le ministre de l’Economie avait présenté un dispositif transitoire de baisse des prix jusqu’à six centimes d’euro par litre, un effort  partagé entre les distributeurs et l’Etat.

Problème, il avait entraîné un manque à gagner pour les caisses de l’Etat de quelques 300 millions d’euros sur quatre mois. Un système coûteux pour un pays qui tente de réduire ses déficits sous le regard de Bruxelles.

En attendant, l’Ufip, ne prévoit pas de fortes variations des prix à la pompe pour cette année «sauf événement géopolitique majeur» qui pourrait booster les prix du pétrole.