Reprise Mory Ducros: La CFDT signe l'accord, Arcole lève sa clause suspensive

SOCIAL Arcole avait prévenu que son offre serait «irrecevable» si la CFDT ne signe pas...

avec AFP

— 

Les salariés de Mory Ducros  du site de Libercourt, dans le Pas-de-Calais ont bloqué le dépôt de  Lesquin, le 27 janvier 2014.
Les salariés de Mory Ducros du site de Libercourt, dans le Pas-de-Calais ont bloqué le dépôt de Lesquin, le 27 janvier 2014. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

La CFDT a signé mardi in extremis l'accord exigé par Arcole Industries, qui a maintenu son offre de reprise du groupe Mory Ducros devant le tribunal de commerce de Pontoise (Val-d'Oise), a-t-on appris de sources syndicales.

Le responsable de la fédération CFDT Transports, André Milan, a signé l'accord déjà approuvé par FO, la CFTC et la CFE-CGC, levant de facto la clause suspensive posée par le repreneur, ont indiqué à l'AFP des délégués CGT et FO, ainsi que le secrétaire CFDT-dissident du comité d'entreprise (CE).

Quelle validité pour cette signature?

Juste avant l'audience, la CFDT avait affirmé qu'elle ne signerait pas. La personne habilitée à signer l'accord, le délégué de Mory Ducros Rudy Parent, a pour sa part refusé d'apposer sa signature et a quitté la salle d'audience «furieux», selon Denis Jean-Baptiste, le secrétaire du CE.

Le patron de la fédération a pris la responsabilité d'approuver le plan de restructuration, permettant d'éviter ainsi une liquidation judiciaire directe. Des syndicalistes questionnés par l'AFP s'interrogeaient cependant sur la validité de cette signature. Seuls les syndicats représentatifs d'une entreprise peuvent signer des accords collectifs, selon un juriste.

Le tribunal de commerce rendra sa décision jeudi.