La Bourse de Paris finit en nette baisse

© 2014 AFP

— 

La Bourse de Paris a encore ployé lundi sous le poids des inquiétudes (-1,39%), un mauvais indicateur américain étant venu s'ajouter aux craintes liées aux pays émergents et aux risques de déflation en Europe.
La Bourse de Paris a encore ployé lundi sous le poids des inquiétudes (-1,39%), un mauvais indicateur américain étant venu s'ajouter aux craintes liées aux pays émergents et aux risques de déflation en Europe. — Thomas Coex AFP

La Bourse de Paris a encore ployé lundi sous le poids des inquiétudes (-1,39%), un mauvais indicateur américain étant venu s'ajouter aux craintes liées aux pays émergents et aux risques de déflation en Europe.

L'indice CAC 40 a perdu 57,97 points à 4.107,75 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,4 milliards d'euros. Vendredi, il avait déjà perdu 0,34% pour les mêmes raisons.

Après une semaine déjà bien morose, la cote parisienne a ouvert en léger recul et n'est jamais parvenue à rejoindre la surface. Le repli a été encore un peu plus accentué avec l'ouverture indécise de Wall Street.

Le marché évolue «dans un contexte où les investisseurs ont du mal à reprendre goût au risque» avec les difficultés des pays émergents et la publication vendredi d'un nouveau ralentissement de l'inflation en zone euro en janvier, a noté Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

La progression de l'activité privée en zone euro en janvier, «comme elle était en ligne avec les attentes» n'a pas changé la donne, «par contre l'ISM manufacturier aux États-Unis a suscité une grosse déception et a été la goutte d'eau qui fait déborder le vase», a-t-il poursuivi.

L'activité des industries manufacturières aux États-Unis a nettement ralenti son expansion en janvier, selon l'indice des directeurs d'achats de ce secteur publié lundi par l'association professionnelle ISM, s'établissant à 51,3%, soit une chute de 5,2 points.

Du coup, «le marché est assez prudent et la pression monte encore un peu plus sur la BCE alors que de plus en plus de voix tablent sur une possible baisse des taux après la publication de vendredi», selon M. Tuéni.

«La BCE est donc attendue au tournant» juste avant l'emploi américain vendredi, «avec une dynamique pas très rassurante du fait de cet ISM manufacturier vraiment décevant», a souligné l'analyste.

Du côté des valeurs, Veolia Environnement a pris 0,39% à 11,71 euros, après avoir remporté un contrat de plus de 925 millions d'euros pour la gestion de l'eau, des déchets et de l'énergie d'une quinzaine de sites européens du groupe pharmaceutique suisse Novartis.

PSA Peugeot Citroën a perdu 2,02% à 11,17 euros, malgré une augmentation de 6% de ses ventes en France en janvier, tout comme son concurrent Renault (-1,98% à 63,48 euros) qui a vu ses ventes progresser de 12,4%.

Orange a reculé de 2,57% à 8,94 euros, après avoir été victime d'une intrusion dans ses bases de données, et le piratage des données personnelles de 800.000 de ses clients internet.

Essilor a engrangé 1,06% à 75,32 euros. Le champion du verre ophtalmique a annoncé la finalisation de l'acquisition du fabricant américain de lunettes de soleil Costa, qui doit avoir un effet positif sur son bénéfice net par action en 2014.

Casino a chuté de 3,03% à 74,23 euros, pénalisé par un abaissement de sa recommandation par Morgan Stanley.