Assurance chômage: Une majorité de Français approuve les propositions choc de la CGPME

SONDAGE La CGPME propose notamment la dégressivité des allocations chômage à partir d'un an...

avec AFP

— 

Une majorité de Français se dit favorable à certaines propositions choc de la CGPME pour réformer l'assurance chômage, selon un sondage BVA pour i-Télé et le Parisien/Aujourd'hui en France publié samedi.
Une majorité de Français se dit favorable à certaines propositions choc de la CGPME pour réformer l'assurance chômage, selon un sondage BVA pour i-Télé et le Parisien/Aujourd'hui en France publié samedi. — Philippe Huguen AFP

Une majorité de Français se dit favorable à certaines propositions choc de la CGPME pour réformer l'assurance chômage, selon un sondage BVA pour i-Télé et Le Parisien/Aujourd'hui en France publié samedi.

Un total de 34% des personnes interrogées jugent «prioritaire» une réforme de l'indemnisation chômage, tandis que 48% la qualifient d'«importante mais pas prioritaire» et 18% de «secondaire».

Quatre parmi cinq mesures proposées lundi par la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) seraient largement approuvées par les Français.

Cotisations, dégressivité des allocations...

Dans le détail, 82% des personnes interrogées se disent favorables à ce que l'on donne la possibilité aux salariés qui le souhaitent de cotiser moins, en échange d'un plafonnement futur de leur indemnisation chômage, si un jour ils étaient amenés à connaître une période sans emploi.

En outre, 64% se disent «favorables» à une radiation automatique des chômeurs qui refusent plus de deux offres «raisonnables» d'emploi, 61% à «exclure du régime spécifique des intermittents les techniciens du spectacle, qui pourraient être soumis au droit commun», et 59% à la mise en place d'une dégressivité des allocations à partir d'un an.

Une personne interrogée sur deux (50%) se dit favorable à la proposition de «faire passer de 4 à 8 mois la durée de travail nécessaire pour être indemnisé».

Sondage réalisé auprès de 994 personnes recrutées par téléphone et interrogées par internet les 30 et 31 janvier (méthode des quotas).