L'euro en baisse au lendemain de la décision de la Fed

© 2014 AFP

— 

La confiance dans l'économie s'est améliorée en janvier dans la zone euro pour le neuvième mois consécutif, selon des statistiques publiées jeudi par la Commission européenne.
La confiance dans l'économie s'est améliorée en janvier dans la zone euro pour le neuvième mois consécutif, selon des statistiques publiées jeudi par la Commission européenne. — Daniel Roland AFP

L'euro évoluait en légère baisse jeudi au lendemain de l'annonce sans surprise par la Réserve fédérale américaine (Fed) de la poursuite de son resserrement monétaire malgré les conséquences sur les devises des pays émergents.

Vers 07H00 GMT (08H00 à Paris), l'euro valait 1,3652 dollar contre 1,3662 dollar mercredi vers 22H00 GMT.

La monnaie unique européenne progressait en revanche face à la devise nippone à 139,85 yens contre 139,71 yens mercredi soir.

Le dollar progressait face à la monnaie japonaise à 102,44 yens contre 102,25 yens mercredi soir.

A l'issue de deux jours de réunion de son comité de politique monétaire (FOMC), présidé pour la dernière fois par Ben Bernanke, la Fed a décidé lundi de réduire de 10 milliards de dollars ses achats d'actifs mensuels à partir de février en les portant à 65 milliards de dollars.

Estimant que la croissance de l'économie américaine s'est «accélérée», la Fed a également annoncé qu'elle réduisait à 30 milliards de dollars (au lieu de 35) ses achats de titres adossés à des créances hypothécaires et à 35 milliards (au lieu de 40) ses achats de bons du Trésor.

Ces injections de liquidités auxquelles elle procède depuis 16 mois visent à soutenir la reprise, en influant sur les taux à la baisse pour favoriser l'investissement et l'emploi.

Déstabilisation des monnaies des pays émergents

«La Fed a réitéré qu'elle est sur la voie du resserrement... et que son intention est de réduire (son soutien) d'ici la fin de l'année», a commenté Greg Anderson de BMO Capital Markets, interrogé par Dow Jones Newswires. «Cela devrait être positif pour le dollar», a-t-il ajouté.

Les injections massives de la Fed ont pour effet de diluer la valeur du billet vert. Leur diminution, outre à renforcer le cours de la monnaie américaine, a pour conséquence de déstabiliser les devises des pays émergents devenues beaucoup moins rentables pour les investisseurs qui préfèrent s'en désengager.

«D'un point de vue des pays émergents, la Fed vient de dire +hasta la vista, baby+», a commenté Steven Englander de CitiFX.

Dans ce contexte, les cambistes restent prudents car les hausses de taux d'intérêts récemment décidées par plusieurs banques centrales de pays émergents, en premier lieu la Turquie et l'Inde, ne parviennent pas à enrayer le phénomène.

Or un retrait désordonné des fonds placés dans les pays émergents pourrait être catastrophique pour ces économies et avoir des conséquences in fine sur les économies développées, ce qui a d'ailleurs entraîné la chute de la Bourse de Tokyo jeudi (-2,45%).

Vers 07H00 GMT, la livre britannique restait quasi stable face à l'euro à 82,44 pence pour un euro, et face au dollar à 1,6558 dollar pour une livre.

La devise helvétique reculait face à l'euro à 1,2236 franc suisse pour un euro comme face au dollar à 0,8962 franc suisse pour un dollar.