Soldes: Votre guide pour éviter les arnaques

Consommation Faisons-nous réellement de bonnes affaires pendant les soldes? Une enquête menée par l’UFC-Que Choisir incite les consommateurs à la prudence…

Bertrand de Volontat

— 

Vitrine d'un magasin à Metz, au lancement des soldes d'hiver en Lorraine, le 3 janvier 2011
Vitrine d'un magasin à Metz, au lancement des soldes d'hiver en Lorraine, le 3 janvier 2011 — Jean-Christophe Verhaegen AFP

Alléchants pour le portefeuille des Français, les soldes sont propices aux arnaques. Comment éviter les pièges posés par les commerçants ? Ces derniers répondent pourtant à une législation stricte que les inspecteurs de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) veillent à faire appliquer. Et pourtant… Cette année encore, l’UFC-Que Choisir a mené l’enquête sur Internet, rendue ce mercredi. L’association conclut que dans l’ensemble les rabais restent plus modestes qu’annoncé et se révèlent parfois même en trompe l’œil. Les fraudes les plus fréquentes sont les annonces de faux rabais et les publicités non conformes à la réglementation.

Gare à la fausse publicité. La fausse publicité consiste en l’annonce de remises très alléchantes alors qu’elles ne sont pas de cette teneur. Les gros rabais annoncés sont souvent introuvables. Un tiers des sites selon l'UFC-Que Choisir communiquent sur les baisses de prix les plus élevées, jusqu’à 85 %. Or, sur 120 produits regardés, la remise moyenne est de 15 % en première démarque et de 19 % en deuxième démarque. Il en va de même pour les commerçants en boutique. En 2012, la Direction de la répression des fraudes (DGCCRF) a visité 8.286 établissements et a émis 2.792 rappels de réglementation et 479 procès-verbaux pour pratiques irrégluières, pour un taux d'anomalies de 13,9%. 

>>Les recours et les sanctions contre les arnaques

Regardez le prix final, pas le rabais. L’association insiste sur la nécessité de ne pas tenir compte des rabais affichés pour déterminer son choix, mais de comparer les prix entre les différents sites en se basant uniquement sur le prix de vente final.

Gare au prix de référence. C’est le prix sur lequel est calculée la remise. Légalement, le prix réduit est déterminé à partir du prix le plus bas effectivement pratiqué au cours des trente derniers jours précédant le début de la période des soldes. En pratique, le tarif peut être biaisé, augmenté, pour faire croire à une réduction plus importante. A cette fin, les prix peuvent être gonflés juste avant la période réglementée de trente jours. D’après l’UFC, pour 20 % des produits, les prix ont significativement augmenté entre le 6 et le 8 décembre, soit précisément le début des trente jours. Ce qui leur a permis d’afficher des rabais deux fois et demi plus élevés que la réalité. Dans 8 % des cas, ces produits étaient même moins chers avant les fêtes que pendant les soldes. Au consommateur de bien noter le prix des produits avant les soldes.

>>Victime d’une arnaque lors des soldes ?  Racontez-nous

«Ni repris ni échangé». Les articles achetés en soldes doivent bénéficier des mêmes garanties que les autres articles. L’annonce «ni repris ni échangé» ne dispense donc pas le vendeur d’échanger ou de rembourser l’article en cas de vice caché selon le droit, sauf si les imperfections ou malfaçons sont aisément détectables. Par ailleurs il existe une disposition spécifique à Internet, à savoir les sept jours de rétractation, qui permettent, pour tout achat en ligne, de revenir sur son achat, y compris sur des produits soldés.

Quelles collections sont soldées. Les soldes ne peuvent porter que sur des marchandises mises en rayon au moins un mois plus tôt. Le stock doit aussi avoir été constitué un mois avant le lancement des soldes et ne peut être renouvelé en cours.

Etiquetage. Les étiquettes doivent comporter l’ancien prix barré, le prix soldé et le taux de démarque.