Ce qu'attendent les salariés en termes de qualité de vie

TRAVAIL L'insatisfaction des salariés est notable au bureau mais moins en dehors...

Bertrand de Volontat

— 

Jeune femme à son bureau.
Jeune femme à son bureau. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Les salariés français sont mécontents de leur sort. Et ce n’est pas qu’à cause de la crise. Seuls 48% des salariés jugent aujourd’hui comme positive l’évolution des actions de leur entreprise dans l’amélioration de leur qualité de vie au travail. «Une opinion encore clivée», selon SalonsCE, le spécialiste des comités d'entreprise, à l’origine de cette étude annuelle, réalisée en novembre dernier, portant sur la qualité de vie au travail dans et hors l’entreprise.

Il reste donc du chemin à parcourir pour les entreprises. La note moyenne de la qualité de vie au travail au quotidien des salariés français ne dépassant pas 6,2/10, selon l’enquête. A ce titre, les salariés sont relativement insatisfaits du travail effectué par leurs élus de CE (comités d’entreprise). Un score dû à des déficits de communication sur l’action conduite entretenant une forme d’incompréhension mutuelle, pour SalonsCE. La note atteint en revanche 7,3/10 pour la qualité de vie hors du travail.

Les attentes au travail. Les principales attentes des salariés concernent tout d’abord leurs conditions de travail pour 59% des sondés. Cela vise particulièrement la prise en compte de la pénibilité et la charge de travail. Un «compte pénibilité» a à ce titre été introduit dans la prochaine réforme des retraites.** Viennent ensuite la reconnaissance et le développement professionnel, qui porte essentiellement sur la rémunération, jugés encore insuffisants par 45% des salariés. Et ils risquent une nouvelle fois d’être mécontents en 2014 car les hausses de rémunérations moyennes ne dépasseront pas les 2,5%. La qualité des relations sociales au sein de l’entreprise -notamment le dialogue salariés/patrons- est la troisième priorité pour 40% des personnes interrogées, notamment chez les 18-34 ans.

Les attentes hors du travail. C’est-à-dire, ce qu’attendent les salariés concernant les différents services et aides que leur entreprise et leur CE pourraient mettre à disposition pour améliorer leur qualité de vie. «Sans surprise»,  l’attente la plus forte concerne les vacances pour 58% d’entre eux. La culture, les loisirs et sports (billetterie, cinéma) d’un côté et la couverture de la mutuelle de l’autre complètent le podium. Les salariés «attendent avant tout : des chèques cadeaux, cinéma et voyages», affirme l’étude. Au final, les salariés sont globalement satisfaits de l’action du CE sur ces domaines, rapporte l’étude.

Les attentes sur la mobilité et les transports. Les salariés ont également formulé d’autres attentes en dehors du travail. Si 50% de leur titre de transport est généralement remboursé, ils veulent pouvoir bénéficier de tarifs préférentiels sur la location automobile, des tarifs négociés avec des garagistes pour l’entretien, le remboursement de leurs billets SNCF à l’occasion de leurs vacances ou encore la mise en place de système de covoiturage. Les CE qui ne proposent encore ce type de services sont prévenus.

>>Et vous, quelles seraient les attentes prioritaires que vous souhaiteriez formuler auprès de votre CE et de votre employeur?

*Etude réalisée par l’institut CSA auprès d’un panel de 1.010 salariés et de 334 élus en novembre 2013. Echantillons représentatifs du marché des CE en termes de taille d'entreprise et de secteur d'activité.

*La nouvelle loi portant la réforme des retraites institue un «compte personnel de prévention de la pénibilité» au profit de tous les salariés de droit privé. L'exposition à un ou plusieurs facteurs de pénibilité du travail conduira à partir de 2015 à l'accumulation de points sur ce compte, qui pourront être utilisés pour financer une formation à un poste moins pénible, pour compenser la baisse de rémunération résultant d'une réduction de la durée du travail ou pour abaisser l'âge minimal de départ en retraite et financer la validation de trimestres supplémentaires majorant la durée de cotisation à l'assurance vieillesse.