Pacte de responsabilité: Montebourg réclame au Medef deux millions d'emplois

ECONOMIE Le ministre donne cinq ans au mouvement des patrons pour atteindre un niveau de chômage équivalent à celui des Etats-Unis...

Vincent Vantighem

— 

Arnaud Montebourg, lors de la condérence environnementale, le 20 septembre 2013.
Arnaud Montebourg, lors de la condérence environnementale, le 20 septembre 2013. — LCHAM/SIPA

«Dans le cadre du pacte de responsabilité, il y aura des contreparties», avait prévenu François Hollande lors de sa conférence de presse, mardi. Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif s'est chargé, ce jeudi, d'en dessiner les contours. Arnaud Montebourg a réclamé à Pierre Gattaz, le patron du Medef, la création de deux millions d'emplois d'ici à 2017.

«Nous avons besoin de faire baisser drastiquement le chômage, d'arriver à des niveaux raisonnables de 7%, un peu comme les Etats-Unis ou l'Allemagne», a-t-il déclaré à l'occasion de ses voeux à la presse. Pour atteindre cet objectif, «ce sont deux millions d'emplois auxquels il faudrait arriver à horizon de cinq ans», a-t-il assuré.

«30 millions de charges en moins, ce n'est pas un cadeau!»

Lors de sa conférence de presse, mardi, François Hollande avait promis, dans le cadre de son «pacte de responsabilité» de faire baisser drastiquement les charges pesant sur les entreprises. C'était même sa première annonce. «D'ici 2017, pour les entreprises et les travailleurs indépendants, ce sera la fin des allocations familiales. Cela représente 30 milliards de charges. C'est la condition pour que les entreprises retrouvent de la marge. Ce n'est pas pour leur faire un cadeau!», avait insisté le chef de l'Etat.

>> Revivez la conférence de presse de François Hollande en live

Gattaz table plutôt sur un million d'emplois

Toujours dans la même conférence de presse, François Hollande avait indiqué que les contreparties devraient être «définies au niveau national et déclinées par branches professionnelles». Selon lui, les entreprises devraient s'engager à améliorer le taux d'emploi, le travail des seniors, le travail des jeunes et la modernisation du dialogue social. «Un Observatoire des contreparties sera mis en place et le Parlement y sera associé.»

Patron du Medef, Pierre Gattaz réclame depuis plusieurs mois, un pacte de confiance, ressemblant à s'y méprendre au pacte de responsabilité annoncé par François Hollande, estimant de son côté à un million le nombre d'emplois que ce pacte pourrait permettre de créer.