Les salaires des fonctionnaires «ne seront pas gelés jusqu'en 2017», promet Lebranchu

SOCIAL Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, estime que «quatre ans de gel, c'est beaucoup»...

Vincent Vantighem (avec AFP)

— 

State Reform, Decentralisation and Public Administration Minister , Marylise Lebranchu leaves after the weekly cabinet meeting at Elysee Palace. Paris, FRANCE13 février 2013 
State Reform, Decentralisation and Public Administration Minister , Marylise Lebranchu leaves after the weekly cabinet meeting at Elysee Palace. Paris, FRANCE13 février 2013  — WITT/SIPA

Cinq millions d'agents de la Fonction publique. Autant dire que les déclarations de Marylise Lebranchu, leur ministre de tutelle, ne devraient pas passer inaperçues. Invitée ce jeudi matin de RMC/BFM TV, la ministre a assuré que le point d'indice, gelé depuis 2010 et qui sert de base au calcul des salaires des fonctionnaires, ne sera «pas gelé jusqu'à la fin de la mandature».

«Quatre ans de gel, c'est beaucoup», a même estimé Marylise Lebranchu, évoquant la dernière revalorisation qui date de 2010.

Revoir les traitements, les carrières, les parcours...

S'appuyant sur le rapport Pêcheur, la ministre a donc indiqué qu'elle était «en train de voir tous les traitements, les carrières, les parcours professionnels, la formation professionnelle et les passerelles d'une fonction publique à une autre.»

Des discussions ont été engagées le 9 décembre entre la ministre et les syndicats pour étudier notamment une révision des grilles de salaires et des régimes indemnitaires des agents.

>> A Relire: Tous vos témoignages sur la situation des fonctionnaires

Une semaine d'alerte en décembre dernier

«On est en train de réécrire de façon dynamique l'histoire de notre Fonction publique. (..) En réécrivant cette histoire, effectivement, à un moment, il faudra poser la question des rémunérations, des traitements, du régime indemnitaire..», a-t-elle dit. Début décembre, les syndicats avaient lancé une semaine d'alerte et de sensibilisation dénonçant «une situation de plus en plus dégradée» avec «des bas salaires qui se multiplient».

Une augmentation de 1% coûterait 1,8 milliard à l'Etat

Durant ce mouvement, les agents répartis dans les trois fonctions publiques (Etat, Territoriale et Hospitalière) avaient rappelé que cinq millions de fonctionnaires étaient concernés et que «près d'un agent sur cinq touche une rémunération proche du Smic».

Le point d'indice a été revalorisé pour la dernière fois en 2010, de 0,5%. Une augmentation de 1% de sa valeur représenterait un coût de 1,8 milliard d'euros pour les trois fonctions publiques.