Des soldes au rabais cette année?

CONSOMMATION Le lancement ce mercredi des soldes d'hiver pourrait souffrir de la multiplication des promotions tout au long de l’année...

Claire Planchard

— 

Les soldes d'hiver au centre commercial Velizy 2 en janvier 2012.
Les soldes d'hiver au centre commercial Velizy 2 en janvier 2012. — DURAND FLORENCE/SIPA

Les soldes, encore? Les soldes, déjà? A peine sortis de ses courses de Noël et déjà sur-sollicités par les offres promotionnelles, nombre de consommateurs s’apprêtent à bouder les soldes d’hiver.

Brouillage

Selon une enquête Ipsos réalisée pour le Centre national des centres commerciaux, seulement 74% des Français envisagent de se rendre en boutique pour profiter de ces traditionnelles ristournes de fin de saison, contre 85% en 2011. Même désamour sur Internet, où malgré le boom du e-commerce, les internautes seront moins nombreux cette année à traquer les bonnes affaires sur le Web (56% contre 58% en 2013), selon une enquête réalisée par le CSA pour la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

«Aujourd’hui c’est le consommateur qui décide du vrai début des soldes d’hiver: passé les fêtes de Noël, on entre dans une période où il estime que les prix doivent baisser. Et on voit ainsi se multiplier des pratiques opportunistes de la part des marques enseignes qui organisent des soldes avant les soldes, dans ou en dehors du cadre de la loi», déplore Bernard Morvan, le président de la Fédération Nationale de l'Habillement.

«Soldes flottants, ventes privées,  pré-soldes, cette kyrielle de promotions qui sortent du chapeau provoque une vraie confusion. On n’y comprend plus rien du tout et on se retrouve avec 46% de l’habillement acheté aujourd’hui en solde ou en promotion», estime pour sa part Daniel Wertel, le président de la Fédération française du prêt-à-porter féminin.

Pragmatisme

«Il est vrai aujourd’hui que les promotions sont permanentes et les clients fidèles inscrits dans les fichiers des enseignes peuvent faire des affaires toute l’année et pour eux les soldes ont déjà commencé le 26 décembre et le 2 janvier», confirme Aude de Moussac, experte consommation et grande distribution chez Kurt Salmon. Pour autant, cela ne signifie pas que les soldes ne recèlent pas de bonnes affaires à saisir.

Avec un budget moyen de 225 euros prévu cette année, les clients des soldes d’hiver 2014 moins obnubilés par les prix cassés comptent ainsi autant réaliser «des achats dont ils n’ont pas les moyens hors période de soldes» (65%, -6 points par rapport à 2013) que des achats utiles «immédiatement» (65%, +5 points) ou «l’an prochain » (46%, +6 points).

«En démarrant à la même date, partout les soldes ont un côté lisible qui en fait un événement commercial au démarrage. Puis en fin de période, en autorisant la vente à perte sur la queue de stock c’est aussi l’occasion de faire de très bonnes affaires, si tant est que l’on ne fasse pas une taille 38 et que l’on ne cherche pas un pantalon noir!», souligne Aude de Moussac.

Dans des enseignes haut de gamme, comme le grand magasin Printemps Haussmann à Paris, les soldes sont aussi l’occasion de ristournes inégalées sur certains produits de luxe, avec 30 à 50% de réduction dès la première démarque. Et les clients ne s’y trompent pas: «On a eu énormément de repérage depuis la semaine dernière et  on attend 200.000 clients en magasins ce 8 janvier et le premier chiffre d’affaires annuel sur une journée», confie Pierre Pellarey, le directeur général du magasin.