Automobile: Quels sont les constructeurs gagnants de 2013?

Mathieu Bruckmüller

— 

Un couple regarde l'intérieur d'une automobile chez un concessionnaire Renault.
Un couple regarde l'intérieur d'une automobile chez un concessionnaire Renault. — MYCHELE DANIAU / AFP

2013, année noire pour le marché automobile français. Selon les chiffres publiés ce jeudi (Voir le détail à la fin du papier), les immatriculations de voitures neuves ont baissé en 2013 de 5,7% à 1,79 million d'unités. Résultat, le marché est au plus bas depuis quinze ans. Mais il semble bien avoir touché le fond du puits. L’année 2014 s’annonce un peu meilleure dans le sillage d’une hausse de 0,9% de la croissance économique en 2014. L’Observatoire Cetelem table ainsi sur un rebond des ventes de 2%.

>> Diaporama: Le Top 10 des voitures les plus vendues en 2013 en images, c'est par ici

Renault rattrape son retard sur PSA

Malgré tout, 2013 n’aura pas été mauvaise pour tous les constructeurs. Voici les gagnants et les perdants.

Un petit cocorico pour Renault et PSA Peugeot Citroën  dont la part de marché global atteint 53,41%, soit une progression de 0,8 point sur douze mois. Si leurs ventes ont baissé de 4,2%, c’est beaucoup moins que la chute de 7,2% de leurs homologues étrangers. Entre les deux rivaux français, c’est Renault qui boucle l’année en force. Avec 427.000 véhicules vendus dans l’Hexagone, le groupe dirigé par Carlos Goshn vend 100.000 véhicules de moins que son rival, mais il a réussi à réduire l’écart avec au final une hausse sur l’année de 0,8% contre une baisse de 7,7% chez PSA. Renault peut se féliciter d’avoir pris le virage low-cost grâce au bond des ventes de ses modèles Dacia (+11,2% avec près de 90.000 exemplaires écoulés). De son côté PSA a vu les ventes de Citroën fondre de plus de 10% tandis que les modèles PSA baissaient de 5,2%.

Toyota rit, Ford pleure

Chez les constructeurs étrangers, ce n’est pas la soupe à la grimace pour le groupe Toyota qui réussi la plus belle croissance du marché français (+5,5%) avec 75.000 voitures écoulées. Il est suivi de Fiat qui finit dans le vert (+2,4%) avec 61.000 voitures vendues et ce malgré la contre performance des Alfa-Roméo (-22%).

A l’inverse, année plus difficile pour Mercedes (-1,5%), Hyundai (-4,1%) et BMW (-5,3%) qui a souffert d’une chute de 45,5% des ventes de Rolls-Royce avec 12 exemplaires vendues. Volkswagen (-7,2%) et Nissan (-9,9%) ont aussi écopé, suivi du groupe GM (-15,8%) pénalisé par la forte baisse des ventes d’Opel (-16,8%). La plus mauvaise opération de l’année est celle du groupe Ford avec un plongeon de 17,3% de ses ventes.

 
CCFA : Marché automobile français (VP) décembre 2013/2012 : + 9,4 % 12 mois 2013/2012 : - 5,7 % (données brutes) publié par Fil_Economie