Dégradation de la note de l'UE par S&P: Pourquoi ça ne va rien changer

DECRYPTAGE Gros plan sur les raisons et les conséquences de la décision de l'agence de notation...

Claire Planchard

— 

Le logo de l'agence de notation Standard & Poor's.
Le logo de l'agence de notation Standard & Poor's. — DUPUY FLORENT/SIPA

Et bim. L’agence de notation Standard & Poor's (S&P) a annoncé ce vendredi avoir retiré à l’Union européenne la note maximale AAA, pour la dégrader à AA+ avec perspective «stable». Explications.

Pourquoi cette décision, maintenant ?

Ce n’est pas très clair. «Le timing des agences de notation est toujours assez obscur. Comme pour les Etats, on ne sait jamais si elles entérinent une situation déjà existante ou bien anticipent une tendance future », souligne Céline Antonin, économiste au sein du département analyse et prévision de l’OFCE. «Dans ce cas, S&P semble avant tout valider une situation de fait: de moins en moins de pays dans l’UE sont notés AAA. De façon assez étonnante, la dégradation de la France, de l’Italie et de l’Espagne n’avaient pas entraîné de baisse de la note de l’UE . Peut-être la récente dégradation des Pays-Bas a-t-elle été la goutte d’eau qui a déclenché cette dégradation collective», poursuit-elle.

L’argumentaire  de S&P lui met en avant une autre raison:  «A notre avis, les négociations budgétaires de l'UE sont devenues plus tendues, attestant, de notre point de vue, d'une montée des risques concernant le soutien à l'UE de la part de certains Etats membres», explique l’agence. «Il est vrai que si les négociations budgétaire sont toujours compliquées, celles-ci ont laissé paraître un réel manque de cohésion avec des réticences très fortes de la part de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et des pays scandinaves. Mais elles ont surtout abouti pour la première fois à un budget en baisse», estime Céline Antonin qui estime qu’en l’absence d’une méthodologie transparente des agences, c’est cette conjonction de facteurs qui peut expliquer la décision de S&P.

Quels effets sont à attendre sur le coût de la dette européenne ?

«L’effet sur les taux d’intérêt au niveau européen devrait être minime» , assure Céline Antonin.  Et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que cette dégradation reste très circonscrite: « En résumé la note de l’UE passe d’un 20/20 à un 19/20. L’Europe reste donc un bon risque dans un environnement financier où les investisseurs sont en quête de sécurité», note Céline Antonin. En outre, la nouvelle note AA+ est assortie d’une perspective «stable» ce qui laisse entendre que S&P n’a pas l’intention de la dégrader à nouveau à moyen terme.

Autre explication: l’endettement de l’UE, notamment via le Mécanisme européen de stabilité (MES) ou la Banque européenne d’investissement (BEI),  reste peu important, avec seulement 56 milliards d’euros sur un budget de 900 milliards. Par conséquent, il s’agit avant tout d’une décision symbolique», souligne Céline Antonin.