La Bourse de Paris en hausse au terme d'une séance peu animée

© 2013 AFP

— 

La Bourse de Paris, qui a marqué le pas cette semaine, continuera à se chercher un cap dans les résultats d'entreprise, au moment où la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) doit confirmer le ralentissement de son aide à l'économie.
La Bourse de Paris, qui a marqué le pas cette semaine, continuera à se chercher un cap dans les résultats d'entreprise, au moment où la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) doit confirmer le ralentissement de son aide à l'économie. — Thomas Coex AFP

La Bourse de Paris a terminé en légère hausse vendredi (+0,40%), dans un marché relativement calme et toujours porté par la décision de la banque centrale américaine de ne réduire que très modérément son soutien à l'économie.

L'indice CAC 40 a pris 16,74 points à 4.193,77 points, dans un volume d'échanges très étoffé de 5,6 milliards d'euros, en ce jour dit des «quatre sorcières» marqué par l'échéance de contrats à terme et d'options. La veille, il avait nettement progressé de 1,64%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 0,69% et Londres 0,33%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a gagné 0,60%.

Le marché parisien a hésité sur la direction à suivre une grande partie de la séance, avant de trouver du soutien avec la hausse de Wall Street en début de journée.

«La séance a été assez terne et sans mouvement important», note Pierre Martin, analyste chez Saxo Banque, qui relève que le marché prolonge la tendance après avoir réagi positivement aux annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Le principal indicateur du jour a en outre constitué une bonne surprise pour les investisseurs.

L'économie des Etats-Unis a progressé à un rythme bien plus soutenu que prévu au troisième trimestre, de 4,1%, grâce à une accélération de la consommation. Les analystes s'attendaient à ce que le ministère confirme son estimation précédente d'une croissance de 3,6%.

«Ces chiffres confirment l'impression du marché selon laquelle l'économie américaine continue de s'améliorer», souligne M. Martin.

Par ailleurs, les investisseurs ont pris connaissance sans trop réagir du moral des consommateurs allemands qui continue de progresser, ainsi que du retrait par l'agence d'évaluation Standard & Poor's du «AAA» de l'Union européenne.

Au-delà de la séance du jour, «passé l'écueil de la Fed, on va terminer l'année sans avoir vraiment de grosses inquiétudes», commente Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Après deux jours de réunion, la Fed a annoncé mercredi une réduction de 85 à 75 milliards de dollars de ses rachats d'actifs mensuels, tout en promettant de ne pas relever les taux rapidement, ce qui a rassuré les marchés sur la poursuite d'une politique encore très accommodante.

Désormais, «le marché va connaître des séances sans trop de volumes ni de rendez-vous», selon M. Martin.

En particulier, «le calendrier économique est pratiquement vide la semaine prochaine», indique-t-il.

Parmi les valeurs, Iliad (Free) a lourdement chuté (-10,37% à 149,60 euros) après la déclaration de guerre de Bouygues (-1,67% à 26,20 euros). Martin Bouygues a indiqué qu'il allait casser les prix dans l'internet fixe.

«On avait l'habitude des déclarations dans le mobile, pas forcément dans le fixe», rappelle M. Murail. «Les opérateurs historiques ont-ils vraiment les moyens de se lancer dans cette bataille-là en terme de perspective de marges?», s'interroge-t-il.

Numericable (-4,25% à 27,05 euros), Vivendi/SFR (-1,29% à 18,71 euros) et Orange (-3,04% à 8,76 euros) ont également été fortement pénalisés.

EADS a pris 0,11% 55,90 euros après avoir reculé. Cassidian Test et services (500 salariés), filiale d'EADS spécialiste des bancs de tests pour les équipements aéronautiques, pourrait être vendue en 2014 à deux fonds d'investissements, ACE Management et IRDI Midi-Pyrénées, selon les syndicats.

De son côté, STMicroelectronics a pris 3,48% 5,59 euros pour son dernier jour au sein de l'indice CAC 40, avant qu'il ne soit remplacé lundi par Alcatel Lucent (-2,29% à 3,25 euros).

Pour leur part, CGG (+3,59% à 12,11 euros) et Technip (+1,21% à 65,93 euros) ont terminé en hausse après avoir été chahutés cette semaine après la publication de perspectives financières décevantes.

Enfin, Europacorp a reculé (-0,89% à 3,35 euros). Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur la Cité du cinéma de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Euronext (CAC 40)