Cadeaux de Noël: La bataille des colis bat son plein

COMMERCE E-commerçants et transporteurs se préparent depuis plusieurs mois au pic annuel d'expéditions et de livraisons de colis attendu cette semaine...

Claire Planchard
— 
Chaine d'expédition des colis du spécialiste des jeux et jouets en ligne Avenue des Jeux en décembre 2011.
Chaine d'expédition des colis du spécialiste des jeux et jouets en ligne Avenue des Jeux en décembre 2011. — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

2,3 millions de colis : c’est le record annuel de livraisons attendu ce 18 décembre par ColiPoste (Colissimo). En temps normal, la filiale du groupe La Poste, spécialiste de l’expédition à domicile sous 48h, en gère «seulement» un petit million. Pour réussir ce rendez-vous crucial qui représente jusqu’à 20% de son chiffre d’affaires annuel, le groupe est donc sur le pied de guerre depuis plusieurs mois.

«On prépare la réussite de ce pic du mois de décembre pendant les onze mois qui précèdent Noël ; par la constance de notre performance qu’attendent nos clients. Mais à l’approche de Noël, nos moyens de tri et d’acheminement montent en puissance par paliers à partir du 12 novembre pour atteindre leur apogée le 18 décembre, date du pic de livraison chez les clients, avec des moyens exceptionnels en tri et en transports pour tenir les engagements du Père Noël», explique Eric Uribe, directeur des Opérations chez ColiPoste.

Un marché convoité

Si La Poste (Colissimo, Chronopost et son réseau de point Relais Pickup) reste le leader français incontesté pendant cette période, elle doit toutefois faire face à une concurrence accrue de ses challengers privés, français ou étrangers .

DHL (Deutsche Post) spécialiste des livraisons express inter-entreprises table en cette fin d’année sur une hausse de 30% de leurs transports de colis aux particuliers. Une activité qui pourrait représenter 1 colis sur 4 en 2013, contre 1 sur 5 en 2013, notamment grâce à un partenariat avec Mondial Relay. Depuis 2012, UPS le leader mondial de la messagerie express a mis la main sur le réseau de points relais Kiala pour capter lui aussi sa part du marché français du e-commerce.

Et pour cause : alors que la distribution courrier s’effondre, le transport de colis continue lui d’exploser en France (+30% depuis 2006 selon le cabinet d’étude Xerfi) soutenu par l’envolée du commerce en ligne, qui devrait encore progresser de 14% en 2013 selon la Fédération du ecommerce et de la vente à distance (Fevad).

«En France, la Poste a placé la barre assez haut pour ses concurrents car elle livre globalement très bien et donne confiance aux gens qui continuent à privilégier la livraison à domicile. Mais les sites de e-commerce peuvent aujourd’hui choisir entre une multitude de partenaires, en fonction de leur produit et de leur clientèle citadine ou rurale, mais aussi de leur couverture territoriale nationale ou regionale : offres de livraisons points relais, possibilité de choisir un second passage, livraison en magasin pour les sites «clic & mortar», jusqu’aux livraisons premium sur rendez-vous», analyse François Momboisse, le président de la Fevad.

Pression commerciale 

Dans ce contexte, prix et délais de préparation et de livraison sont au cœur d’une âpre négociation entre e-commerçants et prestataires. « Ce sont deux leviers concurrentiels commerciaux majeurs, et ils dépendent en grande partie des volumes de colis que l’on peut garantir à ses prestataires», souligne Claude Samson, le président d’Afilog, association représentant tous les professionnels de la logistique parmi lesquels Fedex, DHL ou le groupe La Poste.

Le responsable met toutefois en garde contre les risques de cette course aux frais de ports et aux délais réduits. «Pendant cette période de Noël, les e-commerçants vont avoir recours à plus de transporteurs qu’habituellement et il y a un vrai risque de recourir à des gens moins professionnels : cela pourrait entrainer une dégradation du service», explique- t-il. Un transporteur qui bloque une rue, un colis livré en mauvais état ou pire trop tard pour les fêtes de Noël. Et c’est ce lien de confiance fondamental du e-commerce qui peut être rompu.