Testamento: A qui s’adresse vraiment le testament en ligne?

SOCIETE Testamento.fr ambitionne de «rajeunir et de démocratiser l’accès au testament». L’initiative n’est pas toujours appréciée chez les professionnels...

Mathieu Bruckmüller

— 

Un homme avec un ordinateur.
Un homme avec un ordinateur. — PURESTOCK/SIPA

Faire son testament en ligne en 30 minutes chrono à partir de 35 euros. C’est la promesse de la plateforme www.testamento.fr, ouverte depuis mardi. «Alors que près d’un Américain sur deux a pris ses dispositions, une immense majorité de la population française reste à l’écart de cette démarche pourtant indispensable et incontournable pour la protection des siens. Nous voulons rajeunir et démocratiser l’accès au testament, notamment pour les concubins et partenaires de pacs, qui ne sont pas automatiquement héritiers l’un de l’autre», assure Virgile Delporte, le cofondateur, qui rappelle que dans l’Hexagone, neuf successions sur dix se font sans testament.

Trois formules de 35 à 70 euros

Pour y remédier, Testamento propose trois formules de 35 à 70 euros. Après avoir répondu à quelques questions, l’internaute n’a plus qu’à recopier à la main, dater et signer le document afin de réaliser un testament dit olographe. En théorie, il peut être fait seul et gratuitement. Mais «trop souvent, en l’absence de conseils, il ne respecte pas toutes les dispositions légales de forme. Il peut être aussi difficile de les trouver quand la personne est décédée», reconnaît Maître Maury, notaire à Colombes (Hauts-de-Seine).

Aujourd’hui, seuls 200.000 testaments olographes sont enregistrés chaque année en France. Testamento veut doubler ce chiffre d’ici cinq ans en ciblant les 30-50 ans, soit un marché potentiel de 10 millions de personnes. Pour Maître Maury, Testamento «peut éventuellement être utile pour les situations les plus simples. Mais rien ne remplace un notaire qui prendra le temps d’expliquer les tenants et les aboutissants de chacune décision prise dans le testament, a fortiori quand il y a plusieurs enfants et un voire plusieurs remariages. Les aspects psychologiques et fiscaux sont également primordiaux et nécessitent un vrai échange et une information complète.»

Des notaires pas forcément plus chers

«Pour un rendez-vous et la rédaction d'un testament, nous facturons en moyenne 75 euros hors taxe. Ce prix inclut la conservation de l’acte, auquel il faut ajouter 10,70 euros pour l’inscription au Fichier central des dispositions des dernières volontés qui permettra à tout notaire chargé de la succession d'avoir connaissance de l'existence du testament. Nous sommes à peine plus cher que l’option 3 à 70 euros de Testamento, mais avec en plus un conseil totalement personnalisé», poursuit Maître Maury.

Et de rappeler que la grande majorité des études propose déjà aux clients les plus pressés ou qui ne peuvent pas se déplacer de discuter des dispositions à insérer dans le testament, puis de lui faire parvenir l’acte rédigé par mail. Charge à lui de le renvoyer par courrier daté et signé pour qu’il soit conservé par l’étude.

De son côté, le Conseil supérieur du notariat ne cautionne pas l’initiative de Testamento: «Un testament ne doit pas être express, mais refléter la fidèle expression du client. Nous faisons du sur-mesure», souligne Laurent Mompert, porte-parole du Conseil supérieur du notariat. «Le testament en ligne n’a pas vocation à remplacer le testament traditionnel effectué chez le notaire. Nous voulons démocratiser les cas les plus simples», souligne Virgile Delporte. Et qui assure avoir déjà reçu des messages de soutien de plusieurs notaires avec lesquels il pourrait collaborer depuis le lancement de Testamento.