Votre entreprise pourra-t-elle encore verser votre salaire à la fin février?

ECONOMIE Sepa, un standard de paiement européen entre en application dans moins de deux mois. Nombreuses sont les TPE et PME à ne pas avoir anticipé ce changement qui peut être lourd de conséquence...

Mathieu Bruckmüller

— 

Fiche de paie, bulletin de salaire, illustration.
Fiche de paie, bulletin de salaire, illustration. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le compte à rebours est déclenché. Il reste moins de 60 jours aux entreprises et aux administrations pour s’adapter à Sepa (Single Euro Payments Area). Derrière cet acronyme lancé en 2008 se cache un nouveau standard de paiement européen qui doit simplifier les transferts de fonds entre les pays de la zone euro et l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège et la Suisse grâce à de nouvelles coordonnées bancaires internationales avec l’IBAN, c'est-à-dire l’identifiant du compte bancaire avec ses 27 caractères, et le BIC, celui de la banque qui comporte 8 à 11 caractères.

Comme pour les virements domestiques, les transferts de fonds dans la zone Sepa ne prendront plus qu’un jour ouvré contre cinq jusqu’ici. Cette nouvelle étape après l’introduction des pièces et billets en euro a pour ambition de développer encore plus les échanges commerciaux sur le Vieux continent et également de diminuer les frais de transfert.

Vers un goulot d’étranglement

A partir du 1er février 2014, les paiements effectués selon les formats nationaux seront refusés par les banques. «Les entreprises qui ne seraient pas passées aux nouvelles normes ne pourront plus effectuer les paiements de leurs clients, de leurs collaborateurs ou encore recevoir des règlements», a averti lundi la Fédération bancaire française (FBF). Et le risque est bien réel.

Au même moment, la Banque de France a publié un communiqué expliquant que seuls 57,9% des virements effectués et 4,2% des prélèvements sont aux normes. La situation est critique surtout pour les PME et les TPE puisqu’il y a un mois près de la moitié n’avait toujours pas planifié leur migration.

Un retard à l’allumage susceptible d’entraîner un goulot d’étranglement à l’approche de la date fatidique. Interrogé par 20 Minutes, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) n’écarte pas la possibilité que certaines entreprises paient leurs salariés en chèque à partir de la fin février pour celles qui ne se seraient pas mises en conformité d’ici l’échéance.

Evolution informatique

La CGPME conseille donc à ses membres de contacter au plus vite leur banque, leur expert-comptable, et leur fournisseur de solutions logicielles pour les aider à réaliser des modifications assez simples, mais qui nécessitent des évolutions informatiques. Après avoir identifié les services impactés par les flux de paiement (comptabilité, RH, achats, service commercial…), il faudra remplacer les identifiants bancaires nationaux par les coordonnées BIC-IBAN et tester les échanges informatiques avec la banque...

Pour les particuliers, le passage des virements et prélèvements au format Sepa sera quasi imperceptible. Déjà, certaines opérations apparaissent sur les comptes bancaires sous la forme Virement Sepa ou Prélèvement Sepa comme pour l’abonnement Navigo en région parisienne. Quant au relevé d’identité bancaire où depuis 2001 sont inscrits les identifiants BIC/IBAN, ces derniers deviendront d’ici deux mois les coordonnées bancaires pour toutes vos transactions.