PSA : Philippe Varin renonce à sa retraite chapeau

E.O. avec AFP

— 

Philippe Varin, le patron de PSA, le 25 novembre 2013.
Philippe Varin, le patron de PSA, le 25 novembre 2013. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le patron de PSA Philippe Varin a annoncé ce mercredi renoncer à sa retraite chapeau de 21 millions d’euros. L'annonce de la somme que devait toucher l'actuel président du directoire qui quittera son poste en 2014 a suscité une vive polémique toute la journée.

«Compte tenu de la polémique que ce sujet a suscité, de l'émotion dans notre pays qui a aujourd'hui besoin d'être rassemblé plutôt que divisé, compte tenu de l'immense respect que j'ai pour les collaborateurs du groupe (...) j'ai décidé de renoncer aux dispositions actuelles de mes droits à retraite», a déclaré Philippe Varin au cours d'un point presse organisé au siège de PSA. 

«Je m'en remets au conseil de surveillance du groupe »

«Ces dispositions avaient été approuvées par le conseil de surveillance et votées lors de l'assemblée générale en 2010 dans un contexte assurément bien plus fragile que celui d'aujourd'hui», a-t-il toutefois  rappelé.

«Je m'en remets au conseil de surveillance du groupe pour décider, quand le moment sera venu, et après avis du Haut Comité de gouvernement d'entreprise (instance déontologique patronale, NDLR), des conditions appropriées de mon départ à la retraite», a-t-il ajouté.

Montebourg jugeait la décision «inadmissible»

Philippe Varin a pris une «décision sage» en renonçant à sa retraite chapeau, a réagi François Hollande.  Les organisations patronales Medef et Afep (qui représente les grandes entreprises), ont quant à elle aussitôt salué dans un communiqué «le sens de la responsabilité et la décision courageuse de Philippe Varin», de renoncer à sa retraite chapeau controversée.

PSA avait provisionné dans ses comptes 20.968.000 euros pour financer la retraite-chapeau de son patron. La somme ne constituait pas «une indemnité versée à Philippe Varin à son départ» mais devait être étalée «dans la durée» à partir de son départ à la retraite, selon le groupe.

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, avait plus tôt «demandé à PSA, puisque cette décision est inadmissible et incompréhensible, de reconsidérer sa décision, de la revoir».