Le Bitcoin est-il une devise d’avenir?

FINANCE La monnaie virtuelle est-elle aujourd’hui une source d’investissement stable pour les particuliers?...

Bertrand de Volontat

— 

Bitcoin, la monnaie virtuelle
Bitcoin, la monnaie virtuelle — Rick Bowmer/AP/SIPA

Bitcoin cherche à gagner en sagesse. Inventé en 2009 après la crise financière mondiale comme alternative au dollar, le Bitcoin est une devise virtuelle. Emis automatiquement par un code informatique dans des portefeuilles électroniques -le nombre total de Bitcoins est limité à 21 millions-, il est échangé de gré à gré sans passer par le système bancaire. C’est aussi un système de paiement sans structure centralisée qui ne dépend d’aucune banque centrale ni institution. «Bitcoin est une évolution technologique majeure, explique Gonzague Grandval, co-fondateur et PDG de la startup Paymium, interrogé par 20 Minutes. C’est avant tout un puissant réseau de transactions qui ne doit pas être réduit à une simple monnaie.» Problème: en contrepartie de l'absence totale de régulation, Bitcoin a été jusqu’à présent extrêmement volatile, lui valant une image de devise à ne pas prendre au sérieux, qui ne durera pas.

Certains l’appellent toutefois «l’or digital», par comparaison au cours de l’or et à ce que représente le précieux métal. La valeur des Bitcoins s'est en effet envolée depuis leur création -tout en enregistrant au printemps dernier un minikrach, signe de son irrégularité chronique. Il valait deux dollars il y a un an, plus de 1.000 dollars ce mercredi, 800 ce lundi. Mais sa valeur a également fortement évolué en octobre dernier, lors de la fermeture de Silk Road par le FBI, une plateforme tournante de la drogue en ligne sur laquelle les transactions se faisaient grâce aux Bitcoins, garantissant ainsi l'anonymat des clients. Après l'arrestation du responsable du site, Ross William Ulbricht, le Bitcoin a perdu près de 40% de sa valeur, passant sous la barre des 80 dollars.

Gain de confiance pour Bitcoin

Pourtant, les temps pourraient changer. Bulle spéculative ou monnaie du futur, le Bitcoin a flambé la semaine passée après que des représentants des autorités américaines ont fait un pas vers sa reconnaissance. Notamment quand le patron de la Banque centrale américaine, Ben Bernanke, a salué les potentiels de la monnaie. Il a estimé que si des innovations de ce type pouvaient «comporter des risques liés à la fraude», «elles pouvaient aussi être prometteuses à long terme», en faisant la promotion «d'un système de paiement plus rapide, plus sécurisé et plus efficace».

«Grâce à son anonymat et son absence de frais de commission, le Bitcoin devient une alternative légitime pour transférer de l'argent et un moyen de paiement de plus en plus viable», affirme de même Mythili Raman, du département de la Justice américaine, devant le Sénat.

Trop instable pour être une vraie monnaie

Et il séduit de plus en plus de particuliers et des sociétés, essentiellement américains ou chinois pour le moment. Vous-mêmes, en tant que particuliers, vous pouvez acheter ou vendre des Bitcoins sur des plateformes de trading, comme MtGox, la plus connue, ou Bitcoin-central, pour une interface en français. Certains sites donnent même la possibilité de gagner des Bitcoins.

Et pour répondre à cette nouvelle demande, un nombre croissant de boutiques physiques, de restaurants et d'autres commerces commencent à accepter des paiements en Bitcoins. Même Sir Richard Branson commence à accepter Bitcoin pour le paiement des vols sur Virgin Galactic… mais les convertit immédiatement en dollars, de peur que les cours chutent. «Nous sommes encore dans une phase de découverte, mais la technologie se répand vite et la communauté s’agrandit chaque jour», affirme Gonzague Grandval. Si le Bitcoin gagne en sérieux dans le commerce de tous les jours, avec une valeur pouvant bouger de plusieurs centaines de dollars d’une semaine à l’autre, il reste trop risqué pour les commerçants et les particuliers tant qu’il ne sera pas proprement régulé. En attendant, Bitcoin voit des alternatives s’élever à ses côtés: Litecoin, Peercoin et Namecoin pourraient lui faire de l’ombre avant qu’il n’ait le temps de s’imposer totalement.