Les bruits de bottes font trembler la Bourse

© 20 minutes

— 

La Bourse de Paris déprime et attend les bombes. Pour la sixième séance consécutive, l’indice CAC 40 a reculé, hier, de 2,38 %, clôturant à 2 513,61 points. A mesure que la guerre approche, les investissements diminuent. Une mauvaise nouvelle pour les petits porteurs, qui voient leur épargne se déprécier davantage. Premières victimes du conflit sur les marchés financiers : les groupes les mieux implantés aux Etats-Unis. Thomson perd ainsi 6,77 %, à 10,05 E. Saint-Gobain recule, lui, de 6,38 %, à 23,46 E. Et les géants de l’armement, comme EADS (lire ci-dessous) ne sont pas mieux lotis. La déprime gagne tous les marchés de la planète. A Tokyo, l’indice Nikkei a perdu 1,25 %, hier, chutant à son plus bas niveau depuis vingt ans. Les investisseurs ont décidé de se mettre aux abris, dans l’attente du déclenchement du conflit. Pour certains économistes, une guerre courte serait suivie d’un rebond de l’économie. Mais d’ici là, la croissance devrait continuer à ralentir, et les cours du pétrole à grimper. Autre source d’inquiétude : l’euro n’a pas cessé de monter, s’échangeant, hier, à plus de 1,10 dollar, et renchérissant mécaniquement les exportations européennes.