Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
Bilan de la générosité: Les Français ont déclaré 2,2 milliards de dons aux associations en 2012

Bilan de la générosité: Les Français ont déclaré 2,2 milliards de dons aux associations en 2012

EXCLUSIF – «20 Minutes» dévoile le traditionnel bilan sur la générosité des Français de l’institut Recherches et Solidarités, qui sera rendu public ce mardi…
Collecte de dons à la Fondation de France.
Collecte de dons à la Fondation de France. - CHAMUSSY/SIPA
Vincent Vanthighem

Vincent Vanthighem

Il y a toujours moyen de voir le verre à moitié plein. Malgré la crise, les Français ont donné plus aux associations en 2012 qu’en 2011, d’après le bilan sur la générosité que publie, ce mardi, l’institut Recherches et Solidarités et que 20 Minutes dévoile en exclusivité. Ainsi, les Français ont déclaré 2,226 milliards d’euros de dons auprès de la Direction générale des finances publiques de Bercy en 2012, contre 2,127 milliards un an plus tôt.

Mais il est aussi possible de voir le verre à moitié vide. En perpétuelle augmentation depuis plus de dix ans, les dons déclarés ont «seulement» augmenté de 4,7% alors que la hausse était de 8,8% entre 2011 et 2010. «La hausse se poursuit mais la France perd énormément de petits donateurs à cause de la crise, décrypte Jacques Malet, président de l’institut Recherches et Solidarités. Les plus gros donateurs font un effort supplémentaire. Nous assistons à une mutation. Du coup, le réseau diminue et c’est préoccupant…» L’étude réalisée par l’institut permet de dire que plus de 5,5 millions de foyers fiscaux ont déclaré un don en 2012. 62% de ces foyers donateurs déclarent plus de 31.000 euros de revenus par an.

Les classes moyennes hésitent à donner

Crise, baisse du pouvoir d’achat, situation de l’emploi et surtout fiscalité: ces mots tournent en boucle dans l’esprit des Français généreux répartis en trois catégories par l’institut. «Il y a les donateurs modestes (moins de 200 euros par an), les moyens (de 200 à 500 euros) et les gros (plus de 500 euros), poursuit Jacques Malet. Et nous nous rendons compte que les moyens basculent dans l’hésitation…»

Touchés par la crise de plein fouet, le gros des donateurs s’interroge en effet sur l’avenir. Plus fourmi que cigale, ils estiment désormais qu’ils n’ont plus les moyens d’être aussi généreux que par le passé malgré leurs «revenus convenables». «Et ce genre de réflexion commence également à arriver chez les donateurs les plus gros qui ont des revenus très convenables», lâche pour sa part, Cécile Bazin, directrice de l'institut.

Perspectives inquiétantes pour 2013

Dans ce contexte, les perspectives dressées par l’institut de recherches pour l’année 2013 ne sont guère réjouissantes. Si Jacques Malet exclut l’idée d’une inversion de la courbe, la générosité ne devrait pas, pour autant, beaucoup progresser en 2013. «Je ne pense pas que le secteur va s’écrouler car les associations ont acquis un véritable professionnalisme pour collecter les dons. Mais il ne faut pas s’attendre à une hausse significative.»

De fait, les donateurs interrogés dans le cadre de l’étude sont 54% à assurer qu’ils donneront «un peu moins ou beaucoup moins en 2013 que les autres années»…