Croissance: Le PIB recule de 0,1% au troisième trimestre 2013

CROISSANCE Les chiffres ont été publiés ce jeudi matin...

avec AFP

— 

Le pont de Bercy et le ministère de l'Économie et des finances, à Paris le 1er septembre 2013.
Le pont de Bercy et le ministère de l'Économie et des finances, à Paris le 1er septembre 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Le produit intérieur brut de la France a reculé de 0,1% au troisième trimestre 2013 après son rebond de 0,5% au deuxième, un repli lié notamment à une baisse des exportations, a annoncé l'Insee ce jeudi.

Selon l'Institut national de la statistique et des études économiques, l'investissement des entreprises, un bon indicateur de la conjoncture économique à moyen terme, est également en repli (-0,6%) sur le troisième trimestre.

Une économie «menacée de coma»

Selon le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, ce repli de la croissance n'est «pas un indicateur de déclin». Jean-Pierre Raffarin (UMP) a lui déploré ce  jeudi une économie française «menacée de coma», en commentant la contraction du PIB annoncée par l'Insee, dont il juge le gouvernement lourdement responsable.

Après l'embellie du printemps, la croissance française est mise à mal par la décélération de la consommation des ménages cet été (+0,2% après +0,4%). En tenant compte de l'investissement, la contribution de la demande intérieure finale à la croissance est nulle alors qu'elle était de +0,4% au deuxième trimestre, selon l'Insee.

Mais c'est surtout la chute des exportations (-1,5% après +1,9%) qui pèse, alors que les importations restent orientées à la hausse (+1%) après un deuxième trimestre déjà dynamique (+1,6%). Au total, a précisé l'Insee, la contribution du commerce extérieur à la croissance est négative, à -0,7%.

«A l'inverse, les variations de stocks contribuent pour +0,5 point après +0,1 point», a ajouté l'Institut. Le PIB allemand a lui grimpé de 0,3% au troisième trimestre en données corrigées des variations saisonnières, a annoncé jeudi l'Office fédéral des statistiques.