Standard & Poor's abaisse la note de la France de «AA+» à «AA»

ECONOMIE La France est passée en moins de deux ans d'une note triple A à AA+, et désormais AA. Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, déplore les «jugements critiques et inexacts» de l'agence de notation...

avec AFP

— 

 L'agence de notation Standard and Poor's (S&P)
 L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) — LEVINE/NEWSCOM/SIPA

La France voit encore sa note souveraine abaissée d'un cran. L'agence de notation Standard & Poor's l'a abaissée de AA+ à AA ce vendredi. C'est un nouvel avertissement budgétaire.

Lors de la précédente dégradation de la note de la France en janvier 2012 (elle était passée de AAA à AA+), l’agence avait averti que le pays avait au moins une chance sur trois de voir sa note à nouveau dégradée en 2012 ou 2013. C'est chose faite. S&P avait été la première grande agence internationale à priver la France de la meilleure note possible (le «AAA»). Elle avait été suivie par la suite par ses concurrentes Moody's et Fitch Ratings. Elle est de nouveau la première à abaisser encore sa note.

La perte du triple A il y a presque deux ans, avant l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, était déjà un coup dur pour les autorités françaises. C'est de nouveau le cas aujourd'hui, alors que le gouvernement socialiste a fait de la maîtrise des finances publiques sa ligne conductrice, dans l'espoir notamment de maintenir au plus bas les taux d'intérêt des emprunts d'Etat, et donc le coût de la dette publique.

Le gouvernement déplore cette décision

Le gouvernement, déjà englué dans les difficultés et qui fait face à une montée des tensions sociales, notamment avec la frande anti-écotaxe en Bretagne, a aussitôt déploré cette décision. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé que la note de la dette publique française restait «l'une des meilleures du monde». Il a également considéré que l'agence n'avait «pas pris en compte toutes les réformes» dans son analyse, notamment celle, en cours d'adoption, des retraites.

Peu avant lui, le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a déploré les «jugements critiques et inexacts» de Standard & Poor's. Le ministre «regrette la décision de l'agence de notation Standard and Poor's de porter la note de long terme de la France à AA avec perspective stable» et «déplore les jugements critiques et inexacts portés par l'agence de notation Standard and Poor's», selon un communiqué du ministère.

La France a perdu sa marge de manoeuve financière, selon l'agence

Standard & Poor's estime que le pays a perdu de sa marge de manoeuvre financière pour augmenter les recettes. Elle estime aussi «que le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles et affecte les perspectives de croissance à plus long terme», selon le communiqué diffusé ce vendredi.

La nouvelle note attribuée à la France est la troisième meilleure possible dans la classification de S&P. Sa perspective est «stable», ce qui implique que l'agence n'envisage pas de la modifier de nouveau à court ou moyen terme.