La Bourse de Paris gagne du terrain, au terme d'une séance peu animée

© 2013 AFP

— 

La rémunération moyenne des patrons du CAC 40 a retrouvé cette année les niveaux de 2011, à 3,5 millions d'euros, mais demeure inférieure à celle de leurs pairs européens, selon une étude publiée mardi.
La rémunération moyenne des patrons du CAC 40 a retrouvé cette année les niveaux de 2011, à 3,5 millions d'euros, mais demeure inférieure à celle de leurs pairs européens, selon une étude publiée mardi. — Patrick Kovarik AFP

La Bourse de Paris a gagné du terrain lundi (+0,36%), au terme d'une séance peu animée, les investisseurs espérant de nouvelles mesures de soutien à l'économie de la part de la BCE.

L'indice CAC 40 a pris 15,40 points à 4.288,59 points, dans un volume d'échanges très limité de 2 milliards d'euros. Vendredi, il avait perdu 0,62%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 0,33% et Londres 0,43%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 0,30%.

Le marché a passé la séance dans le vert, continuant d'évoluer tout près du seuil symbolique des 4.300 points, qu'il a brièvement franchi la semaine dernière. Le CAC 40 a été notamment aidé dans l'après-midi par une ouverture en hausse à Wall Street.

«Les marchés sont relativement prudents dans des volumes d'échanges toujours anémiques», remarque Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities.

Les investisseurs ont pris d'autant moins de risques lundi que «plusieurs grands rendez-vous sont au programme cette semaine», signale Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

La Banque centrale européenne (BCE), qui se réunit jeudi, est en particulier attendue au tournant depuis que l'inflation est tombée au plus bas en octobre depuis fin 2009.

«Avec la faiblesse de l'inflation en Europe, la BCE pourrait être tentée de réduire son taux principal», souligne M. Marçais, ce qui serait de nature à soutenir les marchés.

Selon les analystes, les investisseurs ne s'attendent pas à ce que la BCE agisse jeudi mais plutôt que son président Mario Draghi adopte un discours plus accommodant.

La semaine s'annonce également riche aux Etats-Unis avec la première estimation de la croissance pour le troisième trimestre ainsi que le rapport sur l'emploi pour octobre.

Ces indicateurs pourraient en dire plus sur «les changements dans la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine», pour l'heure toujours très favorable aux marchés, selon M. Murail.

Les investisseurs misent toutefois sur une réduction des rachats d'actifs seulement en mars au plus tôt compte tenu de la fragilité de l'économie américaine.

Le marché parisien a par ailleurs peu tenu compte de la détérioration de l'activité du secteur manufacturier français en octobre, selon l'indice PMI, tandis qu'elle a poursuit sa croissance en zone euro.

Parmi les valeurs, Alcatel-Lucent (-3,81% à 2,86 euros) s'est distingué, en reculant fortement après l'annonce d'une augmentation de capital de 955 millions d'euros pour financer son redressement et qui s'annonce très dilutive pour les actionnaires.

«La baisse du titre est limitée malgré une augmentation de capital importante ce qui signifie que le dossier effraie moins le marché», selon M. Murail.

Air France-KLM a souffert (-1,60% à 7,30 euros). La compagnie a démenti des informations de presse indiquant qu'elle avait exigé la suppression de 5.000 emplois chez Alitalia, dont elle est le principal actionnaire, pour participer à sa recapitalisation. Par ailleurs, la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair a drastiquement révisé en baisse lundi son objectif de bénéfice annuel.

Accor a perdu 0,36% à 33,06 euros après l'annonce de la cession de sa participation de 19,4%, qu'il détenait au sein de la holding australienne Tourism Asset Holding (TAHL), au fonds souverain émirati Abu Dhabi Investment Authority (ADIA).

Les valeurs cycliques, dépendantes de la conjoncture ont été recherchées à l'image de Lafarge (+4,88% à 53,34 euros), ArcelorMittal (+2,67% à 11,92 euros), Aperam (+2,84% à 12,68 euros) et Vallourec (+2,32% à 44,76 euros).

Faurecia (+5,98% à 22,58 euros) et PSA Peugeot Citroën (+0,99% à 10,09 euros) ont profité d'une hausse des immatriculations en France en octobre, mais Renault (-0,13% à 61,21 euros) s'est replié, pâtissant notamment d'un abaissement de recommandation.

Eurofins Scientific a lâché 1,61% à 198,50 euros malgré la publication d'une hausse de son chiffre d'affaires de 17,5% sur les neuf premiers mois de l'année, qui lui permet de confirmer ses objectifs annuels.

Enfin, Euler Hermes a grimpé (+3,76% à 101,30 euros) à la veille de la publication des ses résultats pour le troisième trimestre.

Euronext (Cac 40)