On y voit plus clair sur la panne d'électricité

©2006 20 minutes

— 

Le premier groupe énergétique allemand E.ON a lancé une contre-offre de 29,1 milliards d'euros sur le premier électricien espagnol, Endesa, convoité également par l'espagnol Gas Natural.
Le premier groupe énergétique allemand E.ON a lancé une contre-offre de 29,1 milliards d'euros sur le premier électricien espagnol, Endesa, convoité également par l'espagnol Gas Natural. — Patrick Stollarz AFP/DDP/Archives

Le réseau électrique à terre, c'est la faute de l'Allemagne ? Une erreur humaine au sein du producteur d'électricité allemand EON serait à l'origine de la panne géante qui a plongé dans l'obscurité 10 millions d'Européens le 4 novembre. Le rapport intermédiaire d'enquête de l'Union pour la coordination de transport de l'électricité (UCTE), publié hier dans la soirée, devait mettre en cause l'opérateur allemand qui n'aurait pas diminué la tension devenant excessive sur son réseau.

« Nous ne savons pas si la personne [en question] avait les moyens techniques d'évaluer le risque de surchauffe », a confié à 20 Minutes une source proche du dossier. L'enquête révélerait également qu'un manque de coordination entre les réseaux électriques d'EON et de RWE (le numéro 2 allemand de l'électricité) aurait « aggravé la situation ». Enfin, les engagements commerciaux pris par les réseaux les auraient poussés à augmenter la pression sur les lignes. Pour éviter ces incidents, la commissaire européenne à la Concurrence a appelé, hier à Calais, « une fois pour toute » à la séparation entre les producteurs d'énergie et les réseaux de transport électrique.

E. Lederer et A. Benoit (à Calais)

Le président de Réseau de transport d'électricité français (RTE) a appelé hier à Calais à la création d'un groupement des réseaux de transport en Europe obligeant les opérateurs à coopérer davantage.