Le ministre français de l'Economie Thierry Breton a assuré quelques heures plus tard qu'il allait répondre "dans les meilleurs délais" à cette demande "tout à fait naturelle", assurant qu'il avait prévenu Bruxelles dès l'annonce du projet de fusion.
Le ministre français de l'Economie Thierry Breton a assuré quelques heures plus tard qu'il allait répondre "dans les meilleurs délais" à cette demande "tout à fait naturelle", assurant qu'il avait prévenu Bruxelles dès l'annonce du projet de fusion. — Jack Guez AFP/Archives

Économie

Les sages retardent le mariage de GDF

Nouveau coup pour la fusion Suez et Gaz de France (GDF). Tout en validant, hier, la loi permettant la privatisation de GDF, le Conseil constitutionnel a demandé que la fusion ne devienne effective qu'après le 1er juillet 2007, date à laquelle l'ouver...

Nouveau coup pour la fusion Suez et Gaz de France (GDF). Tout en validant, hier, la loi permettant la privatisation de GDF, le Conseil constitutionnel a demandé que la fusion ne devienne effective qu'après le 1er juillet 2007, date à laquelle l'ouverture à la concurrence sur le marché de l'énergie sera totale. Un retard de plus dans la préparation du mariage entre les deux français, amorcé depuis bientôt dix mois. Malgré tout, la fusion peut poursuivre normalement son cours (décrets de privatisation, assemblées générales des actionnaires...). Gaz de France s'est aussitôt réjoui de cette décision qui lui permet d'« aller de l'avant dans son projet de fusion avec Suez ».