Goodyear: La CGT prête à «tout faire» pour que l'offre de Titan «aboutisse»

ECONOMIE Maurice Taylor a conditionné l'arrivée de Titan à un accord préalable avec la CGT...

avec AFP
— 
Le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu jusqu'à nouvel ordre le plan de restructuration de Goodyear qui prévoit de supprimer plus de 800 postes sur le site d'Amiens Nord, a-t-on appris mercredi auprès de l'avocat de la CGT du site.
Le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu jusqu'à nouvel ordre le plan de restructuration de Goodyear qui prévoit de supprimer plus de 800 postes sur le site d'Amiens Nord, a-t-on appris mercredi auprès de l'avocat de la CGT du site. — Francois Nascimbeni afp.com

11h51 - Dernière minute: La CGT prête à «tout faire» pour que l'offre de Titan «aboutisse», selon un délégué du personnel.

Le patron de Titan International a finalement admis mardi avoir discuté avec le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg au sujet de la reprise partielle de l'usine Goodyear à Amiens Nord, mais conditionne son arrivée à l'accord de la CGT.

Des représentants de la CGT de l'usine sont attendus ce mercredi matin à Bercy pour y rencontrer Arnaud Montebourg.

Joint par l'AFP mardi aux Etats-Unis, Maurice M. Taylor a finalement confirmé avoir discuté avec Arnaud Montebourg d'une éventuelle reprise de l'activité de pneus agricoles d'Amiens Nord, 24 heures après avoir refusé une telle confirmation. Mais il a conditionné l'arrivée de Titan à un accord préalable avec la CGT.

 «Je ne vais pas discuter moi-même avec la CGT»

«Oui, j'ai rencontré le ministre en août dernier, c'est un homme très sympathique», a-t-il dit lors d'un entretien téléphonique. «Le ministre voulait savoir si nous serions intéressés par la sauvegarde de ces quelque 300 emplois. J'ai dit oui, une fois que vous aurez réglé » les dissensions avec les syndicats, a-t-il précisé. Mais «je ne vais pas discuter moi-même avec la CGT, ce ne sont pas mes employés», a-t-il ajouté. «Je lui ai répondu vous obtenez un accord entre Goodyear et la CGT, et nous ferons les choses de façon juste. Je serai à vos côtés et nous irons boire du bon vin français », a conclu Maurice Taylor.

Un accord n'est pas encore gagné, alors que les représentants de la CGT, qui doivent rencontrer mercredi Arnaud Montebourg à Paris pour évoquer l'offre de Titan, ont déjà émis des réserves.

«Sans a priori»

«Ils annoncent 333 personnes, c'était 537 il y a quelques mois. Il va falloir qu'il (M. Taylor) revoie sa copie, parce que ça ne marchera pas», a déclaré Franck Jurek (CGT), secrétaire adjoint du comité d'entreprise.

«On ne s'attendait pas franchement à ce qu'on nous resserve Titan mais on y va sans a priori, on va discuter, on va voir ce qu'ils nous expliquent, puisque c'est par leur intermédiaire que cette proposition arrive», a déclaré l'avocat de la CGT Fiodor Rilov.