Les exportations françaises de vin dopées par le «haut de gamme»

COMMERCE Elles ont atteint un niveau record en 2012, selon une étude inédite publiée mardi par le département statistique de la douane...

Claire Planchard

— 

Des bouteilles de vin français dans un supermarché de Tokyo au Japon.
Des bouteilles de vin français dans un supermarché de Tokyo au Japon. — JPDN/SIPA

La crise est finie… pour les exportations de vin français, tout du moins. Après une forte chute en 2009, les ventes à l’étranger de crus français (hors champagne) ont progressé en moyenne de 9% par an depuis trois ans, atteignant même un record de 5,6 milliards d’euros en 2012, selon les derniers chiffres publiés mardi par les Douanes.

Hausse des prix et des quantités

Une tendance à la hausse  confirmée au premier semestre 2013 qui s’expliquerait par un double phénomène: la hausse quantités acheminées mais aussi des prix de vente.

«Le haut de gamme» (les vins vendus plus de 20 euros/litre) continue en effet «à être le principal moteur de la croissance des ventes de vin à l’international», expliquent les Douanes. Alors qu’ils ne comptent que 2% des quantités de vin exportées, ces crus de qualité représenteraient ainsi 31% des exportations en valeurs en 2012, contre moins de 15% en 2002. Et expliqueraient à eux seuls la moitié  de la hausse des exportations depuis 2009.

Côté débouchés, l’Europe reste le premier marché (50% des ventes). Et le Royaume-Uni tire son épingle du jeu: le pays consomme à lui seul près d’un tiers des ventes en Europe, et les vins hauts de gamme y représentent près de 50% de ses importations de vins français.

Toutefois en matière de bonnes (et chères) bouteilles, le marché asiatique, Hong-Kong en tête, reste le plus «porteur» pour les exportations françaises, selon les Douanes. Les ventes totales de vins français y ont enregistré une hausse moyenne de 30%/an entre 2009 et 2012 et le segment haut de gamme y représente 41% des ventes, contre 27% en 2009.