Reprise partielle de Goodyear Amiens Nord: Le poker menteur continue

Bertrand de Volontat

— 

Le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu jusqu'à nouvel ordre le plan de restructuration de Goodyear qui prévoit de supprimer plus de 800 postes sur le site d'Amiens Nord, a-t-on appris mercredi auprès de l'avocat de la CGT du site.
Le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu jusqu'à nouvel ordre le plan de restructuration de Goodyear qui prévoit de supprimer plus de 800 postes sur le site d'Amiens Nord, a-t-on appris mercredi auprès de l'avocat de la CGT du site. — Francois Nascimbeni afp.com

A la stupeur générale, le PDG de Titan, Maurice Taylor, se serait entendu avec les ouvriers français d’Amiens (Somme). Selon Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, l’américain serait prêt à reprendre l’activité agricole du site Goodyear à Amiens-Nord. Maurice Taylor a cependant immediatement refusé de confirmer que Titan avait fait une offre de reprise partielle pour le site promis à la fermeture. La direction de Goodyear a, dans la foulée, confirmé n'avoir reçu aucune offre en provenance de Titan.

Il y a quelques mois, le sullfureux PDG, Maurice Taylor, avait rédigé une lettre incendiaire à l’égard des travailleurs hexagonaux déclenchant un incident diplomatique avec Arnaud Montebourg qui avait vivement réagi.

«Goodyear continuait de chercher un repreneur»

Henry Dumortier, directeur général de Goodyear-Dunlop-Tires France disait même fin septembre que «demander à Titan, comme la CGT l'a fait, de s'engager pour sept ans au lieu de deux sur l'emploi, a achevé le dossier».

Aujourd’hui pourtant, Titan reviendrait, si l'on en croit les annonces du ministre, avec une proposition concernant la reprise de l'activité de pneus agricoles. Arnaud Montebourg assure même le maintien de 333 emplois, «garanti pendant quatre ans». Si le plan social présenté par la direction de Goodyear était mis en place, ce qui n'est pas gagné d'avance puisque de multiples procédures sont en cours, Titan International serait prêt à investir «une centaine de millions de dollars, dont 40 millions minimum sur le site», a précisé le ministre.

Montebourg doit rencontrer les salariés

Comment est-il possible que le PDG Taylor soit revenu sur cette décision sans aucun signe avant-coureur? Contactée par 20 Minutes, la députée PS de la Somme, Pascale Boistard, qui a obtenu en septembre la création de la commission d'enquête sur Goodyear, ne s’y attendait pas et a appris la nouvelle comme tout le monde ce soir. «Je savais juste que Goodyear continuait de chercher un repreneur.»

Si elle considère que jusqu’à présent, «tout était réuni pour que rien ne puisse se faire dans de bonnes conditions», elle espère que tout le monde va se rasseoir autour de la table et discuter calmement. «Ce n’était pas seulement la CGT qui était en tort, il y a aussi de la maladresse de la part de la direction envers les salariés», soulève-t-elle. Arnaud Montebourg devrait très prochainement rencontrer les salariés, nous apprend la députée.