Paralysie américaine: «plus jamais ça!», prévient le secrétaire au Trésor

© 2013 AFP

— 

Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew a prévenu dimanche que la paralysie budgétaire de l'Etat fédéral et la crise de la dette avaient heurté la première économie mondiale et que l'expérience ne devait "plus jamais" se répéter
Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew a prévenu dimanche que la paralysie budgétaire de l'Etat fédéral et la crise de la dette avaient heurté la première économie mondiale et que l'expérience ne devait "plus jamais" se répéter — Mandel Ngan AFP

Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew a prévenu dimanche que la paralysie budgétaire de l'Etat fédéral et la crise de la dette avaient heurté la première économie mondiale et que l'expérience ne devait «plus jamais» se répéter.

«Notre économie se démenait pour produire de bons taux de croissance, pour créer des emplois pour les Américains et nous sommes partis dans la mauvaise direction», a déclaré le ministre sur la télévision NBC, en allusion à la crise budgétaire qui a bloqué l'Etat fédéral pendant 16 jours en octobre et au défaut de paiement qui a failli frapper les Etats-Unis.

«C'est un peu effrayant parce que c'est passé tout près du précipice», a constaté M. Lew. «Nous devons faire en sorte que le gouvernement ne soit plus sur la corde raide. Plus jamais ça», a lancé le secrétaire au Trésor.

Aux termes d'un accord arraché in extremis mercredi au Congrès pour éviter un défaut de paiement du pays, la limite légale fixant le montant maximum de la dette américaine n'est plus en vigueur jusqu'au 7 février. Le Trésor est donc provisoirement à nouveau libre d'emprunter sur les marchés pour faire face à ses obligations financières.

D'ici février, républicains et démocrates devront trouver un accord sur ce plafond et sur le budget de 2014 afin de financer le gouvernement et éviter une nouvelle fermeture partielle après celle qui s'est achevée mercredi après 16 jours de paralysie.

Malgré cette crise, M. Lew a répété sa «confiance dans la reprise de l'économie» américaine.

Le 8 octobre le Fonds monétaire international (FMI) avait estimé que l'économie des Etats-Unis, «bridée par des coupes budgétaires de taille», avait continué de croître «modestement» en 2013 mais risquait de se dégrader, abaissant légèrement ses prévisions de croissance pour cette année (+1,6%) et pour l'an prochain (+2,6%).