Économie

Les comptes en franglais du CAC 40

Le gendarme des marchés financiers n’y trouve pas son compte. Dans un communiqué publié hier, la Commission des opérations de bourse (COB) a rappelé à l’ordre les entreprises du CAC 40. Les informations financières fournies par près de la moitié d’entre e

Le gendarme des marchés financiers n’y trouve pas son compte. Dans un communiqué publié hier, la Commission des opérations de bourse (COB) a rappelé à l’ordre les entreprises du CAC 40. Les informations financières fournies par près de la moitié d’entre elles ne respectent pas les normes en vigueur en France. Leurs comptes, dont la sincérité n’est pas remise en cause, sont truffés de concepts anglo-saxons, peut-être utiles, mais inconnus de la réglementation française. Ils insistent ainsi sur le free cash flow (les liquidités disponibles dans les caisses) ou l’EBITDA (le résultat avant la prise en compte des intérêts, impôts, dépréciations et amortissements). Les groupes concernés, comme Vivendi, devront revoir leurs comptes.