Vivendi serre la vis et Canal+ zappe 300 emplois

© 20 minutes

— 

Second plan social en moins de deux ans pour la chaîne cryptée. En perte de vitesse, Canal+ lâche du lest, en licenciant 305 personnes, soit environ 10 % de son personnel. S’y ajoute l’« externalisation » – le transfert vers des sociétés sous-traitantes – de 138 salariés. En juin 2001, la filiale de Vivendi Universal avait déjà supprimé près de 220 emplois, et près de 200 salariés sont partis volontairement depuis. La purge annoncée hier frappe l’ensemble du groupe Canal+, du vaisseau amiral – la chaîne elle-même – au bouquet CanalSatellite, en passant par la société de production de films, StudioCanal. Un empire audiovisuel qui a perdu 325 millions d’euros l’an dernier. En février, Vivendi Universal avait chargé Bertrand Meheut, un pur financier, de resserrer les boulons. Objectif : « créer un ensemble plus cohérent et rentable ». Plombé par ses filiales à l’étranger, Canal+ revoit donc ses ambitions à la baisse. Mais même en France, son avenir reste incertain. Avec l’explosion du câble, du satellite et du DVD, les amateurs de cinéma délaissent la chaîne cryptée. Perdant son audience et sa réputation flatteuse, Canal+ promet « une nouvelle dynamique des programmes » pour la rentrée.