Galère 100% garantie pour les non-diplômés

©2006 20 minutes

— 

Si la vie n'est pas rose pour les diplômés, elle est franchement grise pour les autres. Sans surprise, ceux qui terminent leurs études sans ou avec peu de qualifications sont plus affectés par le chômage, note le Cereq. Une réalité qui a poussé le Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale à tirer la sonnette d'alarme, mi-novembre. Dans son rapport, le Cerc a enjoint le gouvernement à ouvrir « sans délai » « un chantier d'intérêt national » pour les 190 000 jeunes qui quittent chaque année le système éducatif sans diplôme. En cause, selon le Cerc, l'absence d'orientation efficace des élèves et les lacunes de l'enseignement. Sans compter la « complexité » de la formation continue, qui profite peu aux moins qualifiés.

A. B.

Ils sont devenus une rubrique à part entière du CV des jeunes, qui les enchaînent avant et après la fin des études, pour avoir une « expérience » susceptible de les aider à décrocher un vrai poste. Avec parfois des abus. Hier, le collectif Génération précaire a annoncé une première condamnation d'entreprise par le tribunal de Paris.