Le rayon téléphonie mobile d’un grand magasin à Paris le 21 octobre 2009.
Le rayon téléphonie mobile d’un grand magasin à Paris le 21 octobre 2009. — MEIGNEUX/SIPA

ECONOMIE

Voyages, mobiles, électroménager: Les assurances se paient un lifting

Les assurances de plus en plus proposées à l’achat d’un ordinateur, d’un téléphone ou d’un frigo sont très décriées. Un label de qualité va être lancé...

«Il faut arrêter de prendre les consommateurs pour des idiots. Bien qu’il existe des produits de qualité, il en demeure trop qui sont décevants et qui n’ont pas leur place sur le marché.» Patrick Raffort, le président de la Fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A), ne mâche pas ses mots. 

Un marché de trois milliards d’euros critiqué

Alors que selon un sondage CSA plus de 70% des Français* ont une opinion négative de ces assurances proposées notamment à l’achat d’un voyage, d’un produit d’électroménager, d’un téléphone portable ou pour les moyens de paiement, la FG2A annonce ce vendredi la création d’un label censé «garantir en priorité la qualité de la couverture, la transparence des clauses du contrat et la promesse d’un juste prix».

Car jusqu’ici les critiques pleuvent sur ce marché évalué à trois milliards d'euros en France. Chaque Français est équipé de 2,4 assurances de ce type en moyenne, selon l’UFC-Que Choisir. Mais l'association montre du doigt le démarchage massif en magasin, qui fait que le consommateur ne peut pas faire jouer la concurrence, et l'inutilité de certains produits qui peuvent faire doublon avec la loi ou avec d'autres assurances (habitation, cartes bancaires...).

«Le client ne connaît pas toujours les garanties dont il bénéficie, s’il s’agit d’assurance ou non et quels sont les cas éventuels pour lesquels il ne serait pas couvert. Lorsqu’il doit activer son contrat, les motifs d’incompréhension et d’insatisfaction sont nombreux, en témoignent des verbatim de clients et d’associations de consommateurs relevés sur Internet», reconnaît Patrick Raffort.

«Prenez le temps de lire les conditions»

«L’assurance affinitaire ce n’est pas inutile, mais prenez le temps de lire les conditions et faites-vous expliquer en détail ce qui est garanti et ce qui ne l’est pas et les franchises éventuelles. Ainsi dans le cas de l’assurance téléphone mobile, si les vols avec violences sont bien remboursés, le vol à la tire l’est beaucoup moins», note Olivier Gayraud, chargé de mission consommation à la CLCV.

Outre une fiche d’information fournie au consommateur qui précise les garanties et les exclusions, les assurances labellisées seront assortis d’un délai de rétraction de 14 jours permettant de prendre le temps de comparer les offres entre elles.

«Pas un label cosmétique»

Avec une dizaine de produits  labellisés et commercialisés début 2014, Patrick Raffort entend «établir une relation de confiance pérenne avec le consommateur» et multiplier par deux le chiffre d’affaires du secteur d’ici cinq ans. «Ce n’est pas un label cosmétique», insiste celui qui prévoit de mener deux fois par an une enquête de satisfaction des clients.

*Etude auto-administrée du 15 au 26 novembre 2012 par Internet. Echantillon 1.029 personnes âgées de 18 ans et plus résidant en France constitué selon la méthode des quotas (âge, sexe, régions, catégories socioprofessionnelles et le nombre de personnes dans le ménage).

Encadré: Résiliation facilitée

Il ne sera bientôt plus nécessaire d’attendre la date anniversaire de son contrat d’assurance pour y mettre fin.  Le projet de loi sur la consommation portée par le ministre Benoît Hamon prévoit la possibilité à l’article 21 de résilier avec un préavis de 30 jours les contrats d’assurance tacitement reconductibles, y compris affinitaires, à l’issue d’une période d’un an sans préjudice financier. Le texte adopté en première lecture au Parlement doit de nouveau être examiné à la fin du mois.