Les stages devraient être en partie pris en compte pour le calcul de la retraite

ECONOMIE Marisol Touraine promet de «trouver une solution», Génération précaire voudrait une «prise en compte intégrale des périodes de stage»...

Enora Ollivier

— 

Marisol Touraine, lors des questions au gourvernement à l'Assemblée Nationale, le 10 avril 2013.
Marisol Touraine, lors des questions au gourvernement à l'Assemblée Nationale, le 10 avril 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Quel sort va être réservé aux stages dans le projet de loi de réforme des retraites, examiné à l’Assemblée à partir de ce lundi? La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a affirmé dans le Journal du Dimanche que le gouvernement allait se saisir de cette question et «trouver une solution».

«Il est nécessaire de répondre à la demande des jeunes qui entrent plus tard dans la vie active», a-t-elle argumenté, en rappelant également que le texte prévoyait d'aider au rachat d'années d'études. Marisol Touraine dit par ailleurs vouloir veiller à «ne pas banaliser les stages» car «à 436 euros par mois [l’indemnité minimale, aujourd’hui exonérée de cotisations], ce ne sont pas des contrats comme les autres». 

«Génération sacrifiée»

Génération précaire, qui défend les droits des stagiaires, juge le gouvernement «assez ouvert» mais attend surtout de voir ce qui va se dire en séance publique où des amendements sur le sujet doivent être discutés. Mais quand la ministre évoque «une meilleure attention à certaines périodes de stage», le collectif réclame «la prise en compte intégrale» de ces périodes. Il s’agit «aussi d’un excellent moyen de lutter contre les stages abusifs et les emplois déguisés», explique Vincent Laurent, un des porte-parole.

Le collectif, qui ne veut pas que les jeunes appartiennent à «une génération sacrifiée», est également opposé à l’allongement progressif de la durée  de cotisation à 43 ans prévue dans le projet de loi.

Le vote solennel du texte, qui rencontre l’opposition de la droite et du Front de gauche, est prévu le 15 octobre à l’Assemblée. Les syndicats opposés au projet de loi ont d’ores-et-déjà prévu de se rassembler devant le Palais-Bourbon ce jour-là.