Pour Copé, le bug de SFR sur le chômage va décrédibiliser Hollande

REACTION Il parle de «bombe à retardement»...

avec AFP

— 

Jean-François Copé à La Baule le 4 avril 2013.
Jean-François Copé à La Baule le 4 avril 2013. — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

Jean-François Copé a vu mercredi dans le bug de SFR faussant les données du chômage «une bombe à retardement», à même de «plomber» la communication de François Hollande, ont indiqué des participants au BP de l'UMP. Selon plusieurs des membres du parti d'opposition présents à ce bureau politique, le président de l'UMP leur a lancé: «Cette affaire SFR, les faux chiffres du chômage, c'est une bombe à retardement.»

Lundi, cinq jours après la publication de chiffres spectaculaires pour le mois d'août (-50.000 chômeurs en catégorie A, sans aucune activité, du jamais vu depuis 13 ans), Pôle emploi a révélé qu'un bug chez SFR a largement faussé les données. En réalité, la baisse serait «comprise entre 22.000 et 29.000». Cela «va plomber tout la communication de fin d'année de François Hollande», a assuré le député-maire de Meaux.

«Il n'y a pas un Français qui croie en sa sincérité»

«Ce n'est plus possible» que le chef de l'État, qui s'est engagé à une inversion de la courbe du chômage fin 2013 «triomphe à la fin de cette année», a prédit Copé. «Nous avons maintenant tous les arguments pour dire: est-ce que vous croyez franchement qu'on peut se moquer des Français?» selon Copé.

«Nous devons continuer jusqu'à la fin de l'année à dire que François Hollande a été si souvent pris en flagrant délit de mensonge sur la sécurité, les impôts ou le chômage, qu'il n'y a pas un Français qui croie en sa sincérité», a dit le responsable d'opposition. «Il n'y a pas un Français qui croie que l'objectif sera atteint.»