Lyonnais-Agricole: un mariage sous conditions bien agencé

© 20 minutes

— 

Les fiancés vont enfin pouvoir convoler en justes noces. Hier soir, le gendarme de la banque a donné son feu vert au mariage du Crédit Lyonnais et du Crédit Agricole, trois mois après l’annonce du projet de fusion. Un « oui » assorti de conditions visant à préserver la concurrence. Le Comité des établissements de crédit et des entreprises d’investissement (Cecei) demande la cession dans l’année de 85 agences dans les 18 départements où la part de marché cumulée des deux banques dépasse 45 %. S’y ajoute le gel de l’ouverture de nouvelles succursales pendant deux ans dans 32 autres départements, où le Lyonnais et le Crédit Agricole contrôlent au moins 40 % du marché. Les deux banques contrôlent au total 9 300 agences, soit 27 % du marché français. Les coupes ne devraient guère affaiblir le futur groupe. Les 85 agences concernées représentent moins de 5 % du réseau du Lyonnais, et moins de 1 % de son chiffre d’affaires. Inquiets pour l’emploi, 150 salariés des deux banques se sont réunis hier devant la Banque de France, où se réunissait le Cecei.