Le site frauduleux dénoncé par l'Urssaf.
Le site frauduleux dénoncé par l'Urssaf. — Acoss

ENTREPRENEURIAT

Création d'entreprise: Comment éviter les arnaques

Les bons conseils pour reconnaître les vraies arnaques derrière les faux courriers officiels qui affluent quand on monte sa boîte...

La toute dernière alerte de l’Urssaf est tombée jeudi dernier. Dans un email adressé à l’ensemble de ses cotisants, l’organisme de collecte des charges sociales mettait en garde contre des courriels frauduleux les invitant à se connecter au site «urssaf.fr». Au motif de finaliser un remboursement, ce site, qui présente toute l’apparence du portail officiel, logo compris, demande de livrer informations personnelles et numéro de carte bancaire. En réalité, il s’agit «d’un site frauduleux dont le but est d'obtenir des informations bancaires ou des justificatifs d'identité (carte d'identité, passeport, permis de conduire, carte de séjour...) et de domicile (facture de gaz, d'électricité, de téléphone...)», explique l’Urssaf dans son courriel d’avertissement.

L’an dernier à la même époque, une escroquerie similaire avait été signalée. «On a des remontées régulières de nos cotisants», précise-t-on à l’Acoss, la caisse nationale des Urssaf, qui rappelle que l’organisme «ne demande pas normalement ce type d’informations». Pour éviter de se faire plumer, la meilleure parade reste encore de «saisir manuellement l’adresse http://www.urssaf.fr dans votre navigateur», note l’Acoss. Et d’être toujours prudent.

Registres privés et faux documents officiels

A peine déposés les statuts de sa nouvelle entreprise, le créateur croule en effet sous l’afflux de formulaires d’adhésion toujours payants, apparemment officiels mais en réalité en rien obligatoires. Les plus fréquents sont des demandes d’inscriptions à des «registres» privés qui n’ont rien à voir avec le greffe du tribunal de commerce. Les plus connues émanent notamment de sociétés d’informations sur les entreprises, comme «Info Kbis» et «info-siret».

D’autres sont de vraies escroqueries. Parmi les plus connues, on peut citer la demande d’identification du «Registre TVA intracommunautaire» estampillée d’un drapeau européen, ou encore la demande d’enregistrement au «Registre national intracommunautaire» avec son logo bleu blanc rouge inspiré de la Marianne de la République française.

Un autre courrier récent, particulièrement efficace, portait quant à lui le logo «RSI France» comme le très officiel «Régime social des indépendants» et demandait près de 400 euros pour une adhésion annuelle. Il s’agissait en réalité d’une entreprise basée à Limassol, à Chypre.

Enfin, une dernière mise en garde porte sur le démarchage commercial de certains organismes de retraites complémentaires, de prévoyance ou de mutuelle. qui peuvent avoir tendance à faire passer la souscription de leur contrat pour obligatoire quand elle est en réalité facultative.