François Hollande retourne sur le site d'ArcelorMittal à Florange jeudi

C.P.

— 

François Hollande, le 24 février 2012 sur le site ArcelorMittal de Florange (Moselle).
François Hollande, le 24 février 2012 sur le site ArcelorMittal de Florange (Moselle). — Francois Cugnot/AP/SIPA

Une visite à haut risque. L’Elysée a annoncé ce lundi que le président de la République se rendrait jeudi sur le site d'ArcelorMittal à Florange (Moselle) dont les hauts fourneaux sont à l’arrêt depuis avril. Lors de cette  visite, François Hollande devrait notamment rencontrer l'intersyndicale de Florange.

«Trahison»

L’accueil pourrait être glacial. Lors de la fermeture des hauts fourneaux, une vingtaine de  représentants syndicaux Force ouvrière d'ArcelorMittal avaient déposé en avril une stèle où le mot «trahison» avait été gravé en lettres capitales dans le marbre, suivi de la phrase: «Ici reposent les promesses de changement de François Hollande faites aux ouvriers et leurs familles.» «Cette stèle est le symbole des promesses non tenues de Hollande et du manque de courage du gouvernement qui a capitulé face à Mittal», avait déclaré à cette occasion Frédéric Weber, de FO.

De prochaines négociations sociales

Le 24 février 2012, pendant la campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé face aux sidérurgistes mosellans à déposer un texte de loi obligeant les grandes entreprises à céder des unités de production à des repreneurs.

La nationalisation du site avait aussi un temps été envisagée, avant la conclusion fin novembre d’un accord  entre le gouvernement et le numéro un mondial de l'acier prévoyant de fermer une partie de l'usine, et de ne conserver que ses activités dites «à froid» (packaging et automobile). Ce texte prévoyait également qu'il n'y aurait aucun licenciement sec pour les 629 salariés concernés (sur les quelque 2.500 du site).

Proposition de loi

La stèle avait été retirée quelques heures plus tard par la ville de Hayange, commune qui héberge les hauts fourneaux et où elle avait été déposée, avant d’être vendue pour 3.000 euros sur eBay le 7 septembre.

Le président de la République se rendra également sur un autre site sidérurgique lorrain à Pompey, une commune située à environ 70km de Florange. Et il visitera une usine du groupe américain Crown Bevcan spécialisée dans la production de canettes de boisson, un exemple de reconversion réussie.

Ces  visites de François Hollande interviennent alors que la proposition de loi «Florange» sur la reprise de sites rentables, déposée le 30 avril à l’Assemblée a été débattue et encore remaniée mercredi. Examinée en procédure accélérée (une seule lecture par chambre), elle fera l’objet d’un vote mardi 1er octobre, jour de la reprise de la session ordinaire du Parlement.