Parking: La facturation à la minute se fait attendre

CONSOMMATION Selon l'UFC-Que choisir, une tarification au temps réellement stationné permettrait en moyenne 16,5% d’économies aux automobilistes...

Claire Planchard

— 

Le parking payant de l'aéroport de Roissy.
Le parking payant de l'aéroport de Roissy. — VALINC/SIPA

La minute de trop qui fait doubler le budget parking au motif que «toute heure entamée est due»: voilà la méthode tarifaire très répandue qui pourrait bientôt disparaître. C’est en tout cas ce qu’espère l’UFC-Que Choisir qui appelle les sénateurs à introduire une tarification à la minute dans le projet de loi sur la consommation qu’ils commencent à examiner ce mardi. 

Selon son relevé des tarifs de 800 parkings, répartis dans 236 communes de 77 départements français, «8 parkings sur 10 cèdent à la facilité d’une tarification par périodes indivisibles». Et «dans 54 % c’est même toute heure entamée qui est due», dénonce l’association. Une situation qu’elle juge inacceptable alors même que «les bornes permettent une facturation au temps réellement stationné».

Jusqu’à 33% d’économies

Selon ses simulations, une telle tarification en temps réel permettrait de réduire en moyenne le coût de stationnement de 16,3%. Une réduction qui serait d’autant plus forte que la durée de stationnement serait courte (33 % pour un stationnement de 40 minutes et 12,5 % pour une durée de 3h30)… et d’autant plus significative que le tarif du parking est élevé.

L’étude de l’UFC révèle en effet que le prix d’une heure de parking varie énormément d’une ville à l’autre. (2,73 euros à Toulouse et 3,33 euros à Paris) mais aussi d’un quartier à l’autre. A Paris, une heure de stationnement aux parkings Marceau ou Rivoli Pont Neuf est ainsi facturée 5 euros. Et au parking Réaumur Saint-Denis, 1h02 de stationnement ne vous coûtera pas moins de 9 euros.