Blackberry veut se vendre d'ici novembre, selon un journal

© 2013 AFP

— 

Le groupe canadien BlackBerry a finalement décidé de rester indépendant et de ne pas donner suite à la solution de sa cession à son premier actionnaire Fairfax, qui renforce toutefois sa position, a indiqué le fabricant de smartphones lundi.
Le groupe canadien BlackBerry a finalement décidé de rester indépendant et de ne pas donner suite à la solution de sa cession à son premier actionnaire Fairfax, qui renforce toutefois sa position, a indiqué le fabricant de smartphones lundi. — Scott Olson Getty Images

BlackBerry, le fabricant de smartphone canadien véritable icône des téléphones mobiles du début des années 2000, envisage une procédure d'enchères accélérée pouvant déboucher sur une vente de la société d'ici novembre, rapporte jeudi le Wall Street Journal, citant des «sources proches du dossier».

Le 12 août dernier, le conseil d’administration de l'entreprise, en très grande difficulté, avait mis en place un comité spécial afin de plancher sur différents scénarios, dont la vente. Ce comité aurait, selon le WSJ, dressé une short-list des prétendants et veut à présent conclure l'affaire au plus vite, surtout depuis que Microsoft a annoncé en début de semaine qu'il allait racheter les téléphones Nokia, autre géant du secteur aujourd'hui au bord du gouffre.

Blackberry a déjà tenu des discussions préliminaires avec d'éventuels acquéreurs, intéressés par une partie des activités ou la totalité de l'entreprise, indique au quotidien financier une des sources. Les fonds d'investissement canadien Canada Pension Plan Investment Board et américain Bain Capital et le fabricant chinois de PC Lenovo seraient sur les rangs.

Le groupe canadien a l'intention d'engager ce processus d'ici novembre, indique la bible des milieux financiers américains, qui n'identifie pas ses sources. Mais tout accord de cession pourrait impliquer plus d'un acquéreur, ajoute une de ces sources. Selon le WSJ, Blackberry a engagé la banque américaine JPMorgan Chase pour s'occuper de l'opération.