Wall Street finit en hausse grâce à l'automobile et Apple

© 2013 AFP

— 

Wall Street a fini en baisse pour le troisième jour d'affilée jeudi, les investisseurs s'empressant d'enregistrer des plus-values avant une réunion décisive de politique monétaire aux Etats-Unis la semaine prochaine: le Dow Jones a lâché 0,66% et le Nasdaq 0,14%.
Wall Street a fini en baisse pour le troisième jour d'affilée jeudi, les investisseurs s'empressant d'enregistrer des plus-values avant une réunion décisive de politique monétaire aux Etats-Unis la semaine prochaine: le Dow Jones a lâché 0,66% et le Nasdaq 0,14%. — Stan Honda AFP

Wall Street a terminé la séance nettement dans le vert mercredi, soutenue par les bonnes performances des constructeurs automobiles et d'Apple dans un marché restant aux aguets sur la Syrie: le Dow Jones a gagné 0,65% et le Nasdaq 1,00%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average s'est apprécié de 96,91 points à 14.930,87 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 36,43 points à 3.649,04 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est adjugé 0,81% (+13,31 points), à 1.653,08 points.

«Les chiffres sur les ventes automobiles ont indéniablement aidé à créer une certaine excitation sur le marché», a remarqué Michael Gayed de Pension Partners.

General Motors (GM) a notamment fait part d'une progression de 15% de ses ventes en août et Ford de 12%, quand le japonais Toyota a enregistré un bond de près de 23%.

«Après les bons chiffres publiés récemment sur l'activité manufacturière, cela renforce l'idée d'une amélioration de ce secteur» et alimente l'optimisme des investisseurs, a observé Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.

Le marché a par ailleurs peu réagi à la publication du Livre Beige de la banque centrale américaine (Fed), un document dressant un bilan de l'activité au cours des six semaines passées et destiné à aider les responsables de l'institution à se faire une meilleure idée de l'état de l'économie américaine avant la réunion de son Comité de politique monétaire des 17 et 18 septembre.

Selon ce document, l'économie américaine a poursuivi son expansion à un rythme «modeste à modéré» en juillet et août, une formule nuancée utilisée depuis plusieurs mois.

«Rien de nouveau donc, il semble bien que la Fed va comme prévu ralentir» les injections de liquidités dans le système financier destinées à soutenir la reprise et brider les taux d'intérêt, a remarqué M. Gayed.

Le marché a aussi gardé un oeil sur toutes les circonvolutions autour de la situation en Syrie.

Les gouvernements américain et français tentent d'obtenir un appui le plus large possible dans leurs pays et à l'étranger pour une intervention militaire contre le régime de Damas, accusé d'avoir utilisé des armes chimiques.

Les investisseurs craignent qu'une telle intervention déstabilise le Moyen-Orient et surtout mette un frein à la reprise économique américaine, mais temporisent en attendant la concrétisation des menaces de Paris et Washington.

Apple, l'un de plus importants noms de la cote, a par ailleurs progressé de plus de 2%, participant à la hausse des indices.

Le marché obligataire a reculé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 2,897% contre 2,848% mardi soir et celui à 30 ans à 3,799% contre 3,776% la veille.

NYSE