L'euro se reprend face à un dollar plombé par un indicateur décevant

© 2013 AFP

— 

L'euro reculait nettement face au dollar jeudi, plombé par l'annonce surprise d'une baisse du taux directeur de la Banque centrale européenne (BCE) et par une croissance plus forte que prévu aux États-Unis au troisième trimestre.
L'euro reculait nettement face au dollar jeudi, plombé par l'annonce surprise d'une baisse du taux directeur de la Banque centrale européenne (BCE) et par une croissance plus forte que prévu aux États-Unis au troisième trimestre. — Philippe Desmazes AFP

L'euro tentait de se reprendre mercredi face à un dollar mis sous pression par un indicateur décevant, mais les cambistes hésitaient toujours à prendre une direction ferme sur fond de craintes persistantes d'action militaire occidentale en Syrie.

Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), l'euro valait 1,3217 dollar, contre 1,3170 dollar mardi vers 21H00 GMT. Mardi vers 15H35 GMT, l'euro était tombé à 1,3139 dollar, son niveau le plus faible en un mois et demi.

La monnaie unique européenne tentait également de rebondir face à la devise japonaise, à 131,57 yens contre 131,14 yens mardi.

Le dollar se stabilisait face à la devise nippone, à 99,54 yens mardi vers 21H00 GMT.

«Le dollar est un peu plus faible mercredi (...) après la publication de chiffres décevants du déficit commercial des États-Unis», commentait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Le déficit commercial de la première économie mondiale s'est aggravé davantage que prévu en juillet sur un mois, notamment vis-à-vis de l'Union européenne et de la Chine, selon des chiffres publiés mercredi.

Le billet vert reprenait ainsi son souffle mercredi après avoir été soutenu la veille par l'annonce d'une nouvelle accélération en août de l'activité des industries manufacturières aux États-Unis, l'indice ISM manufacturier progressant alors que les analystes tablaient sur une baisse.

Par ailleurs, les dépenses de construction dans le pays ont progressé légèrement plus que prévu en juillet (+0,6%), tirées par le secteur de la construction privée, pour atteindre leur plus haut niveau depuis juin 2009, selon des chiffres publiés mardi par le département du Commerce.

Ces indicateurs avaient renforcé la probabilité de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) commencer sous peu à diminuer son programme de soutien à l'économie américaine, notaient des analystes.

L'institution injecte actuellement 85 milliards de dollars dans le système financier américain sous la forme notamment de rachats d'actifs afin de soutenir la reprise de la première économie mondiale.

Ces opérations ont également pour effet de diluer la valeur du billet vert, alors que la perspective d'une réduction de ses mesures rend le dollar plus attractif pour les cambistes.

Mais les marchés financiers restaient tout de même focalisés cette semaine sur le rapport mensuel officiel sur l'emploi et le chômage américains. Celui-ci est très attendu car il sera le dernier indicateur d'importance pour la Fed avant la réunion de son prochain comité de politique monétaire les 17 et 18 septembre.

La Banque centrale américaine fait de la baisse du taux de chômage un élément clef pour un resserrement éventuel de sa politique monétaire.

Par ailleurs, les craintes persistantes d'une intervention militaire américaine en Syrie continuaient de pousser les investisseurs à privilégier les actifs qu'ils jugent les plus sûrs, comme le billet vert et l'or.

Le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, a annoncé mardi qu'il soutiendrait le projet de résolution de Barack Obama visant à lancer des frappes militaires contre la Syrie.

Jeudi, les cambistes seront attentifs aux décisions de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ), de la Banque d'Angleterre (BoE) et de la Banque centrale européenne (BCE).

Vers 16H00 GMT, la livre britannique montait face à l'euro, à 84,50 pence pour un euro – grimpant même vers 11H30 GMT à 84,26 pence, son niveau le plus fort depuis mi-mai – comme face au dollar, à 1,5641 dollar pour une livre.

La devise helvétique baissait face à l'euro, à 1,2359 franc suisse pour un euro, mais montait un peu face au dollar, à 0,9351 franc suisse pour un dollar.

L'once d'or a terminé à 1.390 dollars au fixing du soir contre 1.399,50 dollars mardi.

La devise chinoise a fini à 6,1190 yuans pour un dollar contre 6,1204 yuans la veille.